Accueil du siteLa vie de l’ARAC
   


ARAC DE SAINT-QUENTIN : Cessez-le-feu en Algérie : la date fait toujours polémique
Publié le mardi 18 mars 2008

Article paru dans le journal « l’Union » du 18 mars 2008.


Michel Nowak, président de l’Arac invite tous les anciens combattants à s’aligner derrière la date du 19 mars.
  •  Agrandir la photo
  • La date du 19 mars 1962 qui a été retenue par la section de Saint-Quentin de l’Arac (Association républicaine des anciens combattants et victimes de guerre) et la FNACA (Fédération nationale des anciens combattants en Algérie, Maroc, Tunisie) comme date officielle du Cessez-le-feu en Algérie sera commémorée, ce mercredi 19 mars.

    La polémique fait toujours rage chez certaines associations d’anciens combattants saint-quentinois pour le maintien de la date du 19 mars et contre la date officielle du 5 décembre.

    Cette année, le débat est relancé pour le 46e anniversaire du Cessez-le-feu en Algérie. Michel Nowak, président de l’Arac attaché à la date du 19 mars souligne que le combat n’est pas terminé. « Nous poursuivons les contacts auprès des autorités de l’État afin d’obtenir satisfaction ».

    Connaissant la détermination de certaines associations d’anciens combattants, Alain Marleix, secrétaire d’État chargé des anciens combattants a adressé un courrier à tous les préfets dans lequel, il met les points sur le « i » et indique aux représentants de l’Etat les conditions de participation aux cérémonies du 19 mars : « Comme chaque année vous allez faire l’objet de sollicitations associatives vous demandant de participer le 19 mars à la commémoration de l’anniversaire du Cessez-le-feu en Algérie. Pour entretenir la mémoire des combats de Tunisie, du Maroc et d’Algérie de 1952 à 1962, le gouvernement a décidé en 2003 après avoir consulté une commission ad hoc dans laquelle siégeaient les associations compétentes, que seraient célébrés officiellement non pas un événement particulier mais les hommes et les femmes qui ont été engagés dans ces conflits ».

    En effet, un décret du 26 septembre 2006 a institué une journée nationale de commémoration le 5 décembre.

    Le secrétaire d’État rappelle : « Cette date correspond désormais chaque année à l’hommage officiel public qu’il vous revient de mettre en place ».

    Dans ce courrier, Alain Marleix renvoie les associations d’anciens combattants attachées à la date 19 mars dans leur retranchement : « Les associations ont naturellement la liberté d’organiser à leur initiative des manifestations publiques correspondant à des anniversaires d’événements qu’elles jugent dignes de commémoration ».

    Le président Michel Nowak a une tout autre lecture des déclarations du secrétaire d’État : « Alain Marleix a invité les personnalités civiles et militaires à la cérémonie du 19 mars 2008 ». Cela veut-il dire que l’État est sur le point de reconnaître officiellement la date du 19 mars ?

    Bernard Dordonne

    ----------
     
    Saint-Quentin et Gauchy le commémorent mercredi
     
    1.200.000 personnes ayant participé au fil des années, aux différentes opérations militaires en Afrique du Nord, sont actuellement titulaires de la carte du combattant. Mercredi 19 mars, les membres des associations saint-quentinoises et guasquoises vont commémorer cet événement.

    À Saint-Quentin, à 16 h 30, rassemblement rond-point Cora, route de Bohain rue du 19-Mars-1962. À 17 heures, dépôt de gerbes au monument aux Morts — stèle des anciens combattants en AFN. À 17 h 30, vin d’honneur à la maison du combattant.

    À Gauchy, à 18 h 30, rassemblement rue du 19-Mars et rue Casimir-Ciezielski. 18 h 50, dépôt de gerbes au Mémorial de la ville. À 19 heures, remise de décoration et vin d’honneur à la maison de la culture.