Accueil du siteMémoire de Valmy
   


Article du PRCF sur la venue de Le Pen à Valmy
Publié le vendredi 27 octobre 2006

Voici l’article tel qu’il est paru dans le journal « INNITIATIVE COMMUNISTE » dans son Numéro 58 d’octobre 2006 avec la signature de Vincent Flament :

Le Pen sur la colline de Valmy

LES GIROUETTES ET LE MOULIN A VENT

Le 20 septembre, Le Pen lançait sa campagne électorale au pied du moulin de Valmy, pour le 214ème anniversaire de la victoire des armées révolutionnaires sur les Prussiens.

Le vent de l’Histoire a tourné…

« Je fais partie de ceux qui disent que, si la France n’est pas née en 1789, elle ne s’est pas non plus arrêtée à cette date, » déclara notamment Le Pen. « J’assume le bon et le mauvais de mon pays, aussi bien avant que depuis 1789. » Ce faisant, il prend un virage à 180°. En 1989, il fêtait ainsi le bicentenaire de la Révolution : « La déclaration des droits de l’Homme marque le début de la décadence de la France. » (voir IC n°56, p. 1). L’année suivante, dans le mensuel Identité, il écrivait : « L’établissement qu’il s’agit de renverser par une révolution de salut public, désigne la classe dirigeante qui impose aujourd’hui son pouvoir. Les droits de l’Homme sont ses tables de la Loi. Il a ses évangiles selon Saint Freud et Saint Marx. Il a son clergé, son architecte et ses maçons. Son lieu de culte, le Panthéon républicain… »

A Valmy, Le Pen prend à contre-pied ses troupes monarchistes et intégristes en inversant aussi la vapeur sur l’idée de République « La nation peut n’être pas républicaine, mais la République ne peut être que nationale. La République est cependant un terme ambigu. Il y a en effet des républiques socialistes, soviétiques, qui ont été ou sont des dictatures. Il y en a qui sont islamiques – République islamique d’Iran – et qui sont des théocraties. La République qui nous importe, c’est la République française, telle que définie par la Constitution. Celle-ci précise qu’elle est une, indivisible, laïque, démocratique et sociale. »

Pseudo-explication médiatique à cette évolution : l’influence de Marine, la fille du chef. Mais en réalité, ce revirement obéit à une logique stratégique

Turbulences

Les fascistes sont des spécialistes du brouillage et de la récupération idéologique. On vient de le lire : Le Pen sait intégrer l’expression « révolution de salut public » dans une diatribe contre la République. Il est évident qu’il n’est pas plus républicain aujourd’hui qu’hier : il suffit de jeter un oeil sur son programme pour savoir que chez lui « laïcité » signifie généralisation de l’enseignement privé confessionnel , que « démocratique et sociale » signifie chasse aux travailleurs immigrés, liberté totale au grand capital, interdiction de l’activité syndicale de classe, etc.

Les historiens Bertaud, Biard, Bourdin, Jessenne, Mazauric et Vovelle ont opportunément rappelé à cette occasion que la République avait institué le droit du sol et l’égalité de droits civils pour les Français et les étrangers, mis en place un système de naturalisation simple etc. , toutes choses diamétralement opposées aux conceptions frontistes de la citoyenneté. Ils ont aussi fait remarquer que le concept de nationalisme, créé sous le Directoire, et central dans l’idéologie du FN doit être soigneusement distingué du patriotisme, authentiquement révolutionnaire.

On regrettera – sans pour autant s’en étonner – que ces historiens n’aient pas répondu aux éructations de Le Pen contre les Républiques socialistes, alors que toute lutte antifasciste conséquente se doit de contrer les calomnies antisoviétiques…

Tempête idéologique

Tout le discours du NON progressiste du 29 mai risque d’être pollué quand le chef fasciste dit craindre que la France « n’abandonne par un simple vote son Histoire et son âme aux armées ennemies du libéralisme mondialisé, du communautarisme de l’immigration sauvage, de la régression ».

Les militants et sympathisants franchement communistes eux-mêmes peuvent être mal à l’aise lorsqu’il dénonce « la bête aux deux visages au nom inquiétant d’UMPS » - sigle forgé par le PRCF voici plusieurs mois…

De même lorsqu’il jubile : « Sarkozy est tout le contraire de moi ! Sarkozy valet de l’atlantisme et- de l’empire, quand je suis le défenseur des petites nations souveraines, » « Sarkozy l’américain qui déclare sitôt à l’étranger combien français », « Sarkozy champion du tution euro-mondialiste. » Cela dit, les vrais marxistes, qui raisonnent en termes de classe, sont capables de montrer que le travailleur immigré sans papier et le capitaliste qui profite du trafic ont des intérêts antagoniques, et qu’il faut régulariser le premier tout en réprimant le second. Les militants de la Renaissance Communiste, qui ne perdent jamais une occasion de montrer que les traités européens sont la première cause des régressions sociales dans ce pays, savent aussi que le FN a inscrit leur dénonciation, il n’en parle jamais et ne fait que mimer la lutte contre l’Europe. D’ailleurs, en 1986, les députés FN ont voté l’Acte Unique européen, prélude à Maastricht et à l’euro.

Mais tous les anciens chevènementistes, tous les nouveaux fabiusiens sont ils armés pour tenir le cap face à ce coup de tabac ? Ce même 20 septembre, une autre figure frontiste, J-C Martinez, a tendu la main à Laurent Fabius, et Bruno Gollnisch déclarait à propos des quinze MJS qui tenaient une contre-manifestation près de là : « On devrait peut-être discuter avec eux », ajoutant qu’il les trouvait « mignons » et « sympas ».

Le nouveau Valmy

Il faut dire que ces MJS brandissaient un drapeau européen, offrant ainsi au FN sur un plateau l’armée prussienne déconfite qui manquait à sa petite reconstitution historico-symbolique ! « De quel droit ces gens-là, souvent issus des élites les plus illégitimes, ces internationalistes de droite et de gauche, me contesteraient-ils l’usage de ce symbole ? », tonna Le Pen à propos de ses détracteurs. Et on ne peut lui donner tort que sur un point : la confusion voulue entre l’internationalisme – qui respecte la souveraineté des nations et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes - et le supranationalisme, qui les nie. Car pour le reste, force est de constater que les euroconstructifs, eussent-ils voté Non le 29 mai, ne sont pas en mesure de refaire tourner le moulin de l’histoire dans le bon sens.

Une nouvelle bataille de Valmy a commencé, plus dure qu’en 1792, car l’ennemi est sur la colline, il a pris le drapeau tricolore, et ceux qui prétendent le déloger ne font que le protéger. Le Pen occupe le terrain laissé par les gaullistes ralliés à l’atlantisme par l’UMP de Sarkozy, et le PCF converti à l’Europe. Les reculs de l’internationalisme, le découplage des drapeaux rouge et tricolore, ont affaibli la nation républicaine et le patriotisme tout en dopant à la fois le nationalisme populiste et le supranationalisme atlantiste. Il faudra bien qu’un jour, le peuple de France dise franchement NON, sur des bases de classe, à l’Europe et à ses traités, sinon, le drapeau de la Révolution Française tombera pour longtemps entre les mains des fascistes.



Articles de cette rubrique
  1. La bataille de Valmy 2/4 : Les acteurs de la bataille
    3 mars 2006

  2. La bataille de Valmy 1/4 : 1792, une année riche en événements
    3 mars 2006

  3. La bataille de Valmy 3/4 : Le déroulement de la bataille
    3 mars 2006

  4. Commémoration de la bataille de Valmy le 20 septembre 2005
    4 mars 2006

  5. Valmy : sa Bataille, son Moulin, sa Mémoire
    4 mars 2006

  6. La bataille de Valmy 4/4 : La République est proclamée
    4 mars 2006

  7. La reconstruction du moulin de Valmy après la tempête de 1999
    4 mars 2006

  8. Le Pen, prends-garde au Moulin de Valmy !
    18 juillet 2006

  9. L’ARAC de la Marne est signataire de l’appel à un rassemblement républicain à Valmy, le 20 septembre 2006, contre les idées de Le Pen
    15 septembre 2006

  10. Déclaration de Marie George Buffet par rapport à la visite de Le Pen à Valmy
    16 septembre 2006

  11. La bataille de Valmy par les professeurs d’histoire de l’Académie de Reims
    17 septembre 2006

  12. Jean-Marie Le Pen à Valmy : une visite privée très publique (journal l’Union)
    20 septembre 2006

  13. Le film vidéo de la manifestation du 20 septembre 2006 au Moulin de Valmy
    22 septembre 2006

  14. Discours de Damien MICHAUDET, à Valmy, le 20 septembre 2006
    25 septembre 2006

  15. Nos articles, photos, vidéo, sur la manifestation anti Le Pen au Moulin de Valmy le 20 septembre 2006
    2 octobre 2006

  16. Article du PRCF sur la venue de Le Pen à Valmy
    27 octobre 2006

  17. Communiqué commun du PRCF et du Comité Valmy (22 septembre 2006)
    4 novembre 2006

  18. Célébration, le 19 septembre 2010, du 218ème anniversaire de la victoire de Valmy par les armées révolutionnaires.
    13 septembre 2010