Accueil du siteMémoire de Valmy
   


Communiqué commun du PRCF et du Comité Valmy (22 septembre 2006)
Publié le samedi 4 novembre 2006

 
Voici l’article tel qu’il est paru dans le journal « INNITIATIVE COMMUNISTE » dans son Numéro 58 d’octobre 2006 :  

Communiqué commun PRCF et du Comité Valmy
 
Construire le Front d’Alternative et de Résistance Populaire (FRAP)

Agir pour l’indépendance nationale, la République, le progrès social et les libertés démocratiques

Le Comité Valmy et le PRCF ont agi de concert contre la constitution supranationale européenne, notamment en diffusant avant le 29 mai 2005 l’appel unitaire « au non du peuple ».

La victoire éclatante du Non a mis un premier coup d’arrêt à l’intégration néolibérale européenne, synonyme de destruction des nations, des acquis sociaux et des libertés démocratiques. Il est essentiel d’exiger dès aujourd’hui que la signature de J. Chirac, apposée au nom de la France par le chef de l’État au bas du projet de TCE, soit retirée.
De même faut-il en finir avec la forfaiture que constitue le maintien en l’état de l’additif constitutionnel voté par le parlement, réuni en congrès, puisque le suffrage universel a désavoué le président et le parlement sur cette question décisive, ce qui pose d’ailleurs la question de leur légitimité démocratique.

De même le PRCF et le Comité Valmy se félicitent-ils de la levée en masse des étudiants et des lycéens, rejoints par de nombreux salariés, contre le CPE et l’entreprise européenne de précarisation du travail, programmée par le sommet de Lisbonne à la demande du haut patronat européen.

Enfin le Comité Valmy et le PRCF dénoncent l’un et l’autre la prétention du Conseil de l’Europe de criminaliser l’histoire du communisme en amalgamant l’URSS et le marxisme au nazisme. Quel que soit le jugement que chaque organisation ou que chacun de ses adhérents est libre de porter sur l’URSS ou sur le marxisme, aucun antifasciste ne peut oublier la phrase prononcée à Moscou par le Général de Gaulle en 1966 : « Les Français savent que la Russie soviétique a joué le rôle principal dans leur libération ».
En réalité, cette euro-criminalisation du communisme a pour but de diaboliser et de réprimer toute forme d’opposition à la pensée unique néolibérale et européiste, d’intimider tous ceux qui résistent à la destruction des acquis sociaux et des nations d’Europe, tout en réhabilitant insidieusement le nazisme dont l’horreur sans égal est tacitement banalisée. Le Comité Valmy est pluraliste. Il rassemble des communistes, des gaullistes, des républicains patriotes de sensibilités diverses qu’il entend respecter.
Dans le contexte présent de guerre idéologique, le Comité Valmy dans son ensemble, comprend clairement que la campagne actuelle des instances européennes a pour but de diviser les forces qui combattent le processus totalitaire de l’euro-mondialisation. Dans notre pays, comme pendant la Résistance et comme à l’époque où ils mirent ensemble en échec la CED, les communistes et les gaullistes véritables, se situent avec d’autres, au premier rang des forces de résistance les plus conscientes et les plus déterminées qu’il convient de rassembler.

Le PRCF et le Comité Valmy estiment que la proposition, avancée par un certain nombre de dirigeants du « non de gauche », de « renégocier la constitution européenne » pour construire une mythique « Europe sociale », désoriente les forces de progrès. En réalité, l’intégration européenne est depuis l’origine inspirée par les forces les plus rétrogrades du continent et par l’impérialisme américain, qui n’ont en vue que la mort des nations considérées comme des obstacles à leur domination et celle des transnationales.
Il est illusoire d’espérer quoi que ce soit de la constitution d’un État supranational de nature intrinsèquement impérialiste, dangereux pour les libertés, le progrès social et à terme, pour la paix mondiale.

Nos organisations estiment qu’il est au contraire nécessaire de revendiquer haut et clair la réaffirmation de la souveraineté de la France dans tous les domaines, politique, monétaire, économique et social ; d’imposer la reconquête de la maîtrise de la politique extérieure et de défense de notre pays.

Sans ce rétablissement de la souveraineté populaire et nationale et la réaffirmation de la République, il sera impossible de changer de cap sur le plan social, de mettre fin au déclin industriel de notre pays, de stopper la décadence programmée de sa langue, de sa Recherche et de sa culture, de préserver et d’élargir les droits des travailleurs.
Nos deux organisations convergent pour affirmer la nécessité de remettre en cause la monnaie unique et la BCE, dont chacun constate qu’elles font le jeu du dollar, qu’elles « plombent » le pouvoir d’achat populaire, les exportations, le budget des services publics, les retraites et le droit à remboursement de la Sécurité sociale.
Pour sa part le Comité Valmy s’est déclaré favorable à une réflexion démocratique sur l’opportunité et la faisabilité éventuelles d’une monnaie commune.

Elles convergent aussi pour exiger ensemble l’abrogation des traités de Maastricht et de Nice, ainsi que de l’ensemble des contre-réformes qui ont été décidées par les gouvernements successifs pour aligner la France sur les directives rétrogrades de Bruxelles : travail de nuit des ouvrières et des moins de 15 ans, etc.
Elles entendent défendre contre la déferlante eurolibérale, les conquêtes gagnées par notre peuple au moment de la Libération à l’initiative du gouvernement qui unissait les gaullistes, les communistes et d’autres forces issues de la Résistance : restauration de la souveraineté nationale et de la République laïque, une et indivisible, nationalisations et création d’EDF-GDF, statuts de la fonction publique et des mineurs, conventions collectives, retraites par répartition, ordonnances progressistes sur la jeunesse, mise hors d’état de nuire des groupes racistes et fascistes, sécurité sociale, etc.

Cette reconquête de la souveraineté du peuple n’a rien de commun, ni avec le racisme, l’antisémitisme, l’islamophobie et la xénophobie caractéristiques de l’extrême droite, ni avec le communautarisme religieux et ethnique des ennemis de la République.
Elle est au contraire tournée vers l’avenir, vers la fraternité et la coopération entre peuples libres et nations souveraines. Dans cet esprit, le Comité Valmy et le PRCF étudient avec attention les nouveaux traités internationaux signés par le Venezuela, Cuba et la Bolivie, sur la base de l’échange mutuellement profitable, de l’indépendance par rapport au dollar et à l’euro, du respect des droits des travailleurs.

Concernant le domaine social, le PRCF et le Comité Valmy continueront de soutenir les revendications des salariés du public et du privé, des étudiants, des chercheurs, des artisans et petits commerçants, des paysans travailleurs, des marins pêcheurs, de tous ceux qui souffrent de la politique du MEDEF, de l’Union européenne et du pouvoir ultra-libéral actuel.
Le PRCF estime pour sa part qu’il faut, dans la perspective d’une société socialiste, impulser un Front de Résistance et d’Alternative Populaire isolant les forces du grand capital et sortant la France de l’UE de Maastricht pour instituer une République sociale, souveraine et fraternelle.
Le Comité Valmy propose pour sa part, un Front patriotique de progrès : l’union du peuple de France, se référant aux principes du Conseil National de la Résistance et prenant en exemple son programme progressiste.
Au-delà des différences d’approche, il est intéressant de réfléchir aux convergences : nos deux organisations ont en commun d’associer l’attachement au progrès social, à la coopération internationale et à la France républicaine.

C’est pourquoi le Comité Valmy et le PRCF dénoncent le dispositif politique dans lequel les forces dominantes veulent enfermer le peuple français en le contraignant à « choisir » entre deux variantes d’une même politique antinationale, antidémocratique et antisociale : d’un côté, Sarkozy, représentant d’une aristocratie financière admiratrice des USA et des délocalisations à tout va, adepte d’une politique inhumaine à l’égard des travailleurs immigrés et de leurs enfants ; d’un autre côté, les « présidentiables » socialistes dont aucun n’a tiré de vraie leçon du 29 mai, qui se réclament tous du fédéralisme européen, et qui se livrent de plus en plus, à l’instar de S. Royal, à une surenchère indécente sur le dos des libertés démocratiques et des acquis sociaux.
Il faut au contraire aider les citoyens à se placer sur le terrain des idées en défendant l’indépendance nationale, les principes laïques et républicains, en proposant une politique nationale de réindustrialisation de la France, de sauvegarde et de reconstitution de l’école publique, des services publics, de la sécurité sociale, de la Recherche publique, du code du travail, des acquis sociaux (retraites, assurance maladie, indemnisation du chômage…) et du pouvoir d’achat populaire, en revitalisant les principes toujours actuels du Conseil National de la Résistance.

Tout en conservant leur totale indépendance politique, leur pleine liberté de critique et leur activité propres, le PRCF et le Comité Valmy conviennent de rester en contacts réguliers et de s’inviter mutuellement à leurs initiatives publiques.

Le présent texte sera communiqué aux adhérents des deux organisations et publié dans leurs organes respectifs.

Pour le PRCF, Léon Landini et Jean-Pierre Hemmen, présidents, Georges Gastaud, secrétaire national.

Pour le comité Valmy, Claude Beaulieu



Articles de cette rubrique
  1. La bataille de Valmy 2/4 : Les acteurs de la bataille
    3 mars 2006

  2. La bataille de Valmy 1/4 : 1792, une année riche en événements
    3 mars 2006

  3. La bataille de Valmy 3/4 : Le déroulement de la bataille
    3 mars 2006

  4. Commémoration de la bataille de Valmy le 20 septembre 2005
    4 mars 2006

  5. Valmy : sa Bataille, son Moulin, sa Mémoire
    4 mars 2006

  6. La bataille de Valmy 4/4 : La République est proclamée
    4 mars 2006

  7. La reconstruction du moulin de Valmy après la tempête de 1999
    4 mars 2006

  8. Le Pen, prends-garde au Moulin de Valmy !
    18 juillet 2006

  9. L’ARAC de la Marne est signataire de l’appel à un rassemblement républicain à Valmy, le 20 septembre 2006, contre les idées de Le Pen
    15 septembre 2006

  10. Déclaration de Marie George Buffet par rapport à la visite de Le Pen à Valmy
    16 septembre 2006

  11. La bataille de Valmy par les professeurs d’histoire de l’Académie de Reims
    17 septembre 2006

  12. Jean-Marie Le Pen à Valmy : une visite privée très publique (journal l’Union)
    20 septembre 2006

  13. Le film vidéo de la manifestation du 20 septembre 2006 au Moulin de Valmy
    22 septembre 2006

  14. Discours de Damien MICHAUDET, à Valmy, le 20 septembre 2006
    25 septembre 2006

  15. Nos articles, photos, vidéo, sur la manifestation anti Le Pen au Moulin de Valmy le 20 septembre 2006
    2 octobre 2006

  16. Article du PRCF sur la venue de Le Pen à Valmy
    27 octobre 2006

  17. Communiqué commun du PRCF et du Comité Valmy (22 septembre 2006)
    4 novembre 2006

  18. Célébration, le 19 septembre 2010, du 218ème anniversaire de la victoire de Valmy par les armées révolutionnaires.
    13 septembre 2010