Accueil du siteNos communiqués
   


L’ARAC de la Marne signe l’appel pour la protection de la famille Raba
Publié le mercredi 20 décembre 2006, mis à jour le jeudi 21 décembre 2006

L’ARAC de la Marne a dénoncé les barbaries commises en Yougoslavie par les Serbes mais aussi par les catholiques croates et par les musulmans bosniaques et kosovars.
Elle a aussi dénoncé l’intervention de l’OTAN en Serbie avec bombardements systématiques sur des cibles non militaires.
Elle a dénoncé la participation de la France à cette ingérence de l’OTAN sans mandat de l’ONU.

Nous avons montré qu’il s’est produit en Yougoslavie ce qui se produit dans toutes les guerres : un ethnocide est toujours suivi d’un ethnocide réciproque sous le prétexte punitif.
Nous en avons été témoins en Algérie où le FLN a massacré les Français ou pro-français après que les Français aient massacré les Algériens.

Il n’y a pas des bons et des mauvais peuples.
Tous les hommes sont capables de tout, surtout en bandes et en impunité.

Nous, Anciens Combattants, avons quelquefois été témoins de cruautés ; elles nous ont peut-être tentés ; nous y avons peut-être même participé.
A côté des victimes, nous en sommes toujours restés traumatisés dans l’indifférence des autres Français qui, souvent, les dénonçaient.

Avec acharnement et malgré toutes les indifférences, nous accomplissons notre devoir de Mémoire pour aider à la paix et la fraternité.
Mais nous ne nous contentons pas de corriger les conséquences par des actions humanitaires, nous demandons aussi des sanctions contre les vrais coupables que sont les hommes politiques dont certains encombrent tous les « comités de soutien ».

Notre expérience nous confère une place privilégiée dans le combat que mène la Famille Raba pour assurer, en France, sa sécurité et l’avenir de ses Enfants.
L’ARAC de la Marne soutient donc le travail effectué, pour eux, par le Réseau Education Sans Frontière (RESF) et se porte signataire de l’« appel pour la protection et le retour de la famille Raba »


Circonstances de la demande d’asile de la Famille Raba :

La famille avait fui le Kosovo en 2001 car le père, Jousef, avait refusé de participer, avec l’UCK (Armée de libération du Kosovo), à des exactions contre les Serbes.

Arrivés en France en novembre 2001, ils avaient fait plusieurs demandes d’asile, toutes rejetées. Les cinq frères et deux soeurs de M. Raba ont tous obtenu le statut de réfugiés en Europe.


Voici l’appel dont l’ARAC de la Marne est signataire :

Appel de personnalités à la constitution d’un comité pour la protection et le retour de la famille RABA
 
COMITE POUR LA PROTECTION ET LE RETOUR DE LA FAMILLE RABA

Le 6 décembre Jusuj et Shpresa Raba et leurs trois enfants, Qerim, 7 ans, Dashnor, 4 ans et Dashroje, 3 ans ont été expulsés. La reconduite de cette famille, en France depuis 2001, à laquelle l’OFPRA avait refusé le statut de réfugié malgré les violences et les menaces subies au Kosovo, a donné lieu à un déploiement de moyens extraordinaire et à des actes de brutalité inacceptables.

Des passagers ont été molestés et placés en garde à vue parce qu’ils protestaient lors d’un transfert de la famille de Lyon à Paris. A Roissy, la mère, qui se débattait avec l’énergie du désespoir a été traînée vers un avion et blessée sous les yeux des ses enfants et de son mari, bâillonné et saucissonné de la tête aux pieds. L’expulsion ayant échoué, la famille a été ramenée à Lyon. Il a ensuite fallu un transport clandestin de Lyon à Toulouse, un avion spécial affrété par l’Etat et une escorte de 15 personnes dont 10 policiers pour conduire la famille d’abord à Tirana (Albanie) puis, 24 heures plus tard au Kosovo, à Orahovac où leur vie et celle de leurs enfants sont menacées.

Les signataires

  •  protestent contre les missions qui sont confiées aux forces de police, les pratiques utilisées (mensonges dits à la famille pour les emmener à Paris le 2 décembre -pas de juge à Lyon- et non respect de la décision de justice du 5 décembre -par ailleurs contestable-), le gaspillage des moyens mis au service d’une politique inhumaine et les traumatismes infligés non seulement aux victimes, mais à ceux qui les entourent et à l’ensemble du corps social.
  •  s’étonnent que ce couple n’ait pas été régularisé, d’abord à l’occasion de sa demande d’asile (alors même que plusieurs membres de la famille, dont le frère de Jusup arrivé en même temps et dans les mêmes conditions, ont obtenu le statut de réfugié), ensuite dans le cadre de la circulaire du 13 juin 2006 (dont ils remplissaient les critères).
  •  demandent que la famille Raba rentre dans sa ville de Gray (Haute-Saône) où ses amis l’attendent, où leurs enseignants espèrent leurs élèves disparus, les enfants pleurent leurs copains.
  •  se déclarent, en attendant ce retour, particulièrement attentifs à ce que la sécurité de Jusuf et Shpresa Raba et des enfants soit assurée au Kosovo. Ils tiennent le ministre de l’Intérieur et ses collaborateurs pour responsables de ce qui pourrait arriver aux parents ou aux enfants.

  • Visitez le site de « Réseau Education Sans Frontière » et signez également cet appel.




    Articles de cette rubrique
    1. L’ARAC édite des communiqués de presse
      10 février 2006

    2. Communiqué du 10 février 2001 sur la torture en Algérie
      12 février 2006

    3. Communiqué du 28 avril 2002 pour le deuxième tour des élections présidentielles
      12 février 2006

    4. Communiqué du Bureau National du 21 septembre 2002
      12 février 2006

    5. Anciens Combattants des ex-colonies : enfin la décristallisation et la reconnaissance de leurs droits
      30 septembre 2006

    6. Communiqué de l’ARAC de la Marne sur la revalorisation des prestations versées aux anciens combattants étrangers.
      4 octobre 2006

    7. Communiqué de l’ARAC sur le budget 2007 des ACVG adopté par l’Assemblée Nationale
      23 novembre 2006

    8. L’ARAC de la Marne signe l’appel pour la protection de la famille Raba
      20 décembre 2006

    9. Communiqué de l’UFAC sur le Projet de Budget 2008 des Anciens Combattants
      7 octobre 2007

    10. Déclaration de l’ARAC sur le budget 2008 des Anciens Combattants et Victimes de Guerre
      7 octobre 2007

    11. Déclaration solennelle du Bureau National de l’ARAC du 10 novembre 2007
      24 novembre 2007

    12. Communiqué de presse de l’ARAC, le 23 janvier 2008, sur la disparition annoncée de la DSPRS.
      5 février 2008

    13. Algérie : liberté de conscience contre la religion d’Etat - 28 mai 2008.
      28 mai 2008

    14. Communiqué de l’ARAC et lettres aux gouvernants, en juin 2008, au sujet des revendications des Anciens Combattants
      28 juin 2008

    15. Appel à la participation à la journée d’action unitaire du 29 janvier 2009.
      31 décembre 2008

    16. Appel de l’ARAC pour la commémoration de la fin de la guerre d’Algérie le 19 mars 2009.
      27 février 2009

    17. Appel du 4 décembre 2009 aux Citoyennes et citoyens, pour que vivent les valeurs républicaines de la nation française
      16 décembre 2009

    18. Appel de l’ARAC pour le 19 mars 2010, 48e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie.
      1er mars 2010

    19. Communiqué du 4 août 2010 de 50 organisations contre la xénophobie et la politique du pilori.
      27 août 2010

    20. Communiqué du Conseil National de l’ARAC du 06 février 2011.
      7 février 2011

    21. Déclaration du Conseil National de l’ARAC du 06 février 2011.
      13 février 2011

    22. Communiqué de l’ARAC du 30 septembre 2011 sur le projet de budget 2012 des Anciens Combattants.
      30 septembre 2011

    23. Déclaration de l’ARAC du 26 avril 2012 pour une France Républicaine, solidaire et souveraine.
      26 avril 2012

    24. Communiqué de l’ARAC du 26 avril 2012 sur une aide sociale pour les veuves d’Anciens Combattants
      2 mai 2012