Accueil du siteNos actualités
   


L’ignoble récidive de Frêche
Publié le lundi 27 février 2006, mis à jour le mercredi 1er mars 2006

L’homme est familier des pires provocations. Mais, le 11 février 2006, Georges Frêche, le Président (PS) de la région Languedoc-Roussillon, s’est surpassé, en ajoutant l’injure et le racisme à la glorification de la colonisation.

Lors d’un dépôt de gerbe devant la stèle d’un porte-parole des pieds-noirs, il a violemment pris à partie les harkis présents, leur reprochant leur participation à un rassemblement de protestation à Palavas contre l’abrogation de l’article 4 de la loi du 23 février 2005, organisé par des députés UMP.

L’élu les a traités de « cocus », ajoutant que les « harkis se sont fait égorger comme des porcs ». « Les gaullistes ont massacré les vôtres en Algérie et encore vous allez leur lécher les bottes ! Mais vous n’avez rien du tout, vous êtes des sous-hommes ! Vous n’avez aucun honneur », a-t-il éructé.

Des propos qui ont soulevé une très vive émotion parmi les harkis, qui ont aussitôt déposé plainte pour « injures, diffamation et appel à la haine raciale ».

Le président de région s’était déjà fait remarquer en décembre dernier en entonnant, en séance du conseil régional, le chant colonial C’est nous les Africains, repris en choeur par les élus du Front national. Il avait alors fustigé « ces imbéciles d’anticolonisateurs ».

Egalement président d’agglomération, il défend un projet de « musée de la Présence française en Algérie ». « On va rendre hommage à ce que les Français ont fait là-bas, a-t-il déclaré à ce propos en novembre dernier. Rien à foutre des commentaires des universitaires trous-du-cul. On les sifflera quand on les sollicitera. »

Mégalomanie, vulgarité, provocations ordurières : c’est la méthode Frêche pour séduire, selon ses propres termes, « ceux qui font les élections ».