Accueil du siteMémoire de Valmy
   


La bataille de Valmy 1/4 : 1792, une année riche en événements
Publié le vendredi 3 mars 2006, mis à jour le mercredi 13 septembre 2006
Frédéric Guillaume II, Roi de Prusse (1744 - 1797)

La coalition austro-prussienne commandée par Frédéric-Guillaume II, roi de Prusse, engage une vaste offensive contre les armées françaises.

Le 20 avril, Le Général Dumouriez, en sa qualité de ministre des affaires étrangères, déclare la guerre à l’Autriche et à la Prusse. Les premiers engagements à la frontière belge sont désastreux pour les Français.

La France traverse alors une période sombre. Ses armées subissent des pertes considérables. L’armée Austro-Prussienne, commandée par le Duc de Brunswick est composée de soldats aguerris, bien équipés et disciplinés même si les soldats de l’armée autrichienne sont épuisés par une précédente campagne en Turquie.

" Sans-culotte "
Musée Carnavalet - Paris.

En face, l’armée française est composée de volontaires, de soldats français improvisés et de "sans-culottes" dépenaillés. Des rivalités mettent aux prises les soldats de ligne, les culs blancs et les volontaires, plus communément appelés bleuets qui n’ont aucune expérience des champs de bataille. Mais avant tout ce sont des patriotes soudés pour une cause commune, celle de la Révolution.

Cette "guerre de libération", autrichiens et prussiens se la représentent comme une promenade militaire, réduite à sa plus simple expression. Elle commence par la dispersion générale des armées françaises.

La victoire s’annonce facile pour la coalition antirévolutionnaire qui veut profiter de l’état de délabrement dans lequel se trouvent les armées françaises pour les écraser totalement.L’armée prussienne s’empare des places fortes de l’est.

Devant le danger, l’Assemblée législative déclare, le 11 juillet, "la Patrie en danger ".

La coalition Austro-Prussienne, entreprend une marche sur Paris le 17 juillet 1792 avec l’intention d’atteindre son but en septembre.

Le Duc de Brunswick n’est pas convaincu que l’automne soit une bonne période pour entamer une telle campagne, mais il s’exécute.

Au lieu de céder à la peur, les républicains parisiens prennent les Tuileries. Le 10 août, Louis XVI, soupçonné de trahison, est incarcéré au Temple avec sa famille. L’Assemblée vote alors la suspension du roi et élit une convention nationale chargée de rédiger une nouvelle constitution.

Avant cette journée du 10 août 1792, Paris n’avait pas de défense organisée. En guise de protection, il n’y avait que des rassemblements improvisés de volontaires, la plupart sans armes, ne sachant pas ce qu’ils avaient à faire, mais prêts à sacrifier leur vie.

Gravure en couleur anonyme Bibliothèque Nationale de Vienne. .

Jamais la révolution n’avait connu un plus grand péril.

L’armée française sera reconstituée et placée sous le commandement de trois hommes :

Le Lieutenant Général Kellermann,
Commandant de l’armée du Centre constituée de 22.000 hommes.

Le Général Biron,
Commandant de l’armée du Rhin constituée de 25.000 hommes.

Le Lieutenant Général Dumouriez,
Commandant de l’armée du Nord constituée de 42.000 hommes.

Puis, il y a encore et toujours les troupes de révolutionnaires qui tiennent coûte que coûte à barrer la route de Paris à l’envahisseur

" Prise de Verdun " gravure de Berthaut. Bibliothèque de l’Institut d’Histoire de la Révolution (1744 - 1797)

Le 19 août, l’armée austro-prussienne franchit les frontières françaises.

Le 20 août 1792, la ville de Longwy est assiégée. Neuf jours plus tard, c’est au tour de Verdun d’être assiégée, puis occupée.

L’armée austro-prussienne parvient à prendre Verdun grâce à l’aide des royalistes qui font assassiner le commandant de la place.

Le 1er septembre, Dumouriez, à qui l’on a demandé instamment de se retirer de la Belgique vers Châlons pour défendre la ligne de la marne, fait la sourde oreille et choisit de menacer l’arrière de l’armée d’invasion en coupant ses voies de communication.

Lieutenant-Colonel Dumouriez

Dumouriez se porte audacieusement vers le vaste plateau de l’Argonne qui sépare Metz, Toul et Verdun de la champagne.

L’Argonne est d’une grande valeur stratégique pour qui la contrôle. Ses forêts sont quasiment imprenables. Elles sont parcourues par d’innombrables cours d’eau et truffées d’étangs et marécages. Ce sera un lieu de bataille peu ordinaire. C’est dans cette forêt que près de cent cinquante-trois ans plus tard, français et américains s’y battront côte à côte pour repousser les soldats allemands.

Le 4 septembre, Brunswick commet une grave erreur. Au lieu de marcher directement sur Paris dont la route est ouverte, il s’attarde à investir Thionville.

Lorsque le 8 septembre 1792, la coalition austro-prussienne abordera à son tour le plateau boueux d’Argonne, elle découvrira avec stupéfaction que cette place stratégique est déjà contrôlée par les Français.

Dumouriez va perdre cette position clé. En effet un gouffre s’est ouvert et l’ennemi s’y est précipité. Dumouriez est acculé, privé de ses bases de ravitaillement. La route de Paris lui est coupée. La situation n’est pas pour autant désespérée.

" Camp républicain " Aquarelle de Béricourt, Bibliothèque Nationale de Paris

Par un coup de génie, il réussit à s’échapper. A la faveur de la nuit, sans torche et sans bruit, il déplace ses hommes dans une fantastique marche. Sa manœuvre réussit si bien qu’il parvient à camper autour de Sainte Menehould.

Tandis que Dumouriez manœuvre, l’orgueilleux Brunswick ne tente même pas de l’en empêcher.

Le 19 septembre, Dumouriez fait sa jonction avec l’armée du Centre menée par Kellermann. Rejoint par d’autres troupes, il est maintenant à la tête d’une armée de 76 000 hommes.

Au même moment, la coalition, enfoncée en pleine Argonne avec près de 70.000 hommes laisse de côté Thionville et d’autres places fortes qu’elle n’a pas pu prendre et se poste au camp de la lune.

Ce fameux 19 septembre, Frédéric II, pressé d’en finir, donne au Duc de Brunswick l’ordre de livrer bataille. Brunswick tente de dégager sa ligne d’approvisionnement, et livre une bataille à front renversé, les lignes prussiennes tournant le dos à leur objectif : Paris.

article suivant sur la bataille de Valmy : La bataille de Valmy 2/4 : Les acteurs de la bataille

Regardez toutes nos images de la La bataille de Valmy



Articles de cette rubrique
  1. La bataille de Valmy 2/4 : Les acteurs de la bataille
    3 mars 2006

  2. La bataille de Valmy 1/4 : 1792, une année riche en événements
    3 mars 2006

  3. La bataille de Valmy 3/4 : Le déroulement de la bataille
    3 mars 2006

  4. Commémoration de la bataille de Valmy le 20 septembre 2005
    4 mars 2006

  5. Valmy : sa Bataille, son Moulin, sa Mémoire
    4 mars 2006

  6. La bataille de Valmy 4/4 : La République est proclamée
    4 mars 2006

  7. La reconstruction du moulin de Valmy après la tempête de 1999
    4 mars 2006

  8. Le Pen, prends-garde au Moulin de Valmy !
    18 juillet 2006

  9. L’ARAC de la Marne est signataire de l’appel à un rassemblement républicain à Valmy, le 20 septembre 2006, contre les idées de Le Pen
    15 septembre 2006

  10. Déclaration de Marie George Buffet par rapport à la visite de Le Pen à Valmy
    16 septembre 2006

  11. La bataille de Valmy par les professeurs d’histoire de l’Académie de Reims
    17 septembre 2006

  12. Jean-Marie Le Pen à Valmy : une visite privée très publique (journal l’Union)
    20 septembre 2006

  13. Le film vidéo de la manifestation du 20 septembre 2006 au Moulin de Valmy
    22 septembre 2006

  14. Discours de Damien MICHAUDET, à Valmy, le 20 septembre 2006
    25 septembre 2006

  15. Nos articles, photos, vidéo, sur la manifestation anti Le Pen au Moulin de Valmy le 20 septembre 2006
    2 octobre 2006

  16. Article du PRCF sur la venue de Le Pen à Valmy
    27 octobre 2006

  17. Communiqué commun du PRCF et du Comité Valmy (22 septembre 2006)
    4 novembre 2006

  18. Célébration, le 19 septembre 2010, du 218ème anniversaire de la victoire de Valmy par les armées révolutionnaires.
    13 septembre 2010