Accueil du siteMémoire de Valmy
   


La bataille de Valmy 3/4 : Le déroulement de la bataille
Publié le vendredi 3 mars 2006, mis à jour le dimanche 17 septembre 2006

Sur le plateau de Valmy, une colline qui contrôle la route de Sainte-Menehould, le Lieutenant Général Kellermann, à la tête de 47.000 français fait face à 34.000 Prussiens commandés par le Duc de Brunswick.

"La Bataille de Valmy" - Théodore Yung Musée de Versailles.

Au matin du 20 septembre, Brunswick observe à la lunette l’armée française bien rangée en ordre de bataille. Surprise. Ce qu’il voit ne ressemble en rien à "l’armée de savetiers et de tailleurs " décrite par ses informateurs.

Frédéric-Guillaume II, pousse Brunswick a lancer ses troupes à l’assaut du mamelon (la colline de Valmy).

Craignant une réticence de son général, le roi de Prusse donne lui-même aux soldats l’ordre de se former sur trois colonnes et d’attaquer.

"La Bataille de Valmy" Partie d’eau-forte de Joliot, Musée Carnavalet.

Aussitôt, Kellermann fait exécuter la même manœuvre à ses soldats avec cet ordre :

"Ne tirez pas ! Attendez de les recevoir à la baïonnette ! ".

Les autrichiens, les prussiens et les émigrés coalisés attaquent les armées du Lieutenant-Général Dumouriez et du Lieutenant-Général Kellermann, retranchées sur une hauteur.

L’attaque de la coalition sera soutenue par un violent tir d’artillerie.

L’explosion d’un caisson de munitions crée un début de panique vite enrayé chez les Français.

Le déluge de feu qui s’abat sur le camp français est impressionnant.

Kellermann, imperturbable, est absorbé par la stratégie qu’il va employer pour contrer la coalition austro-prussienne.

" Kellermann à Valmy" Gravure de Couché Musée Carnavalet.
Il ne se rend même pas compte que son cheval a été tué sous lui. Sitôt qu’il s’en aperçoit, il reprend une autre monture et dans un élan vital brandit son chapeau au bout de son épée en s’écriant :

" Vive la nation ! ! ".

Chaque bataillon reprend ce cri.

Michelet nous dit : " Il y eut un moment de silence. La fumée se dissipait. Les Prussiens descendaient, franchissaient l’espace intermédiaire avec la gravité d’une vieille armée de Frédéric, ils allaient monter jusqu’aux Français. Brunswick dirigea sa lorgnette, et vit un spectacle surprenant, extraordinaire. A l’exemple de Kellermann, tous les Français ayant leur chapeau à la pointe des sabres, des épées, des baïonnettes criaient : " Vive la nation ! " Ce cri de trente mille hommes était comme un cri de joie, mais étonnamment prolongé, il ne dura guère moins qu’un quart d’heure. Fini, ils recommençaient toujours avec plus de force. La terre en tremblait. "

Michelet, Jules (1798-1874)

Historien français, spécialiste de la Révolution française. Michelet lui consacra ses travaux les plus importants (1847-1853). Reconnu à la fois comme historien et comme écrivain, il peut être considéré comme le fondateur de l’histoire scientifique française.

Quand les fantassins prussiens s’approchent, ils essuient un feu terrible.

Brunswick que Frédéric-Guillaume II avait écarté, arrête aussitôt le massacre en s’écriant :

"Retraite de héros de Pillnitz" eau-forte anonyme en couleur Musée Carnavalet .

" Nous ne nous battrons pas ici ! ".

Il ordonne à ses soldats de se replier mais le roi leur donne l’ordre contraire. Il les renvoie par deux fois à l’assaut des lignes françaises.

Par deux fois l’armée coalisée prend peur devant cette ruée de soldats en guenilles et recule. On s’interroge encore sur le peu d’entrain des Prussiens, qui possèdaient alors la meilleure armée d’Europe.

"La liberté ou la Mort" gouache de Lesueur Musée Carnavalet

Ne pouvant plus tenir face à ces ordres et ces contrordres, Brunswick fait sonner le rappel. Perdant de son sang froid habituel, il dit au roi :

"Contrairement aux émigrés, j’ai toujours soutenu que cette affaire était difficile, Il faut se retirer ! ".

"Sans-culotte parisien" dessin anonyme Musée Carnavalet

La colère de Frédéric-Guillaume II ne connaît plus de borne. Il va se rendre compte par lui-même de l’état des lieux. Il tient à savoir qui sont ces sauvages qui, depuis le matin, résistent sans fléchir à la canonnade.

Les munitions commencent à s’épuiser quand aux environs de dix huit heures un orage éclate. Une pluie diluvienne s’abat sur le champ de bataille. Ce mauvais temps durera toute la nuit. Alors, la canonnade s’arrête.

Près de vingt mille obus ont été tirés en tout. Les deux armées ne bougent plus. Ils coucheront sur leur position.

Ce sera la première victoire des armées révolutionnaires françaises.

Le 20 septembre 1792, devant le moulin de Valmy, la Révolution française est sauvée in extremis de l’invasion étrangère.

C’est la première victoire des troupes révolutionnaires françaises contre l’armée du roi de Prusse.

"Le serment Républicain" gouache de Lesueur Musée Carnavalet .

La France de la Révolution triomphe du monde monarchique. La royauté étant abolie, les députés ne prêtent plus le serment de fidélité au roi mais à la Nation.

Le serment Républicain : "Au nom de la Nation, je jure de maintenir la liberté et l’égalité ou de mourir à mon poste."

Quelques jours plus tard, la pluie, le manque de ravitaillement et la dysenterie poussent les Prussiens à la retraite.

Le moulin de Valmy

Au matin du vingt et un septembre 1792, on ne relèvera que très peu de victimes. Kellermann et ses homologues ont repoussé l’ennemi. Les pertes d’un côté comme de l’autre, n’ont pas été très élevées. Le nombre de blessés varie selon les sources. Entre 500 et 900. En tout cas, le nombre de morts est beaucoup plus élevé du côté français que du côté ennemi.

Mais la canonnade de Valmy aura un retentissement politique considérable dans toute l’Europe.

Article suivant sur la bataille de Valmy : La bataille de Valmy 4/4 : La République est proclamée

Regardez toutes nos images de la La bataille de Valmy

Consultez également l’article : La bataille de Valmy par les professeurs d’histoire de l’Académie de Reims



Articles de cette rubrique
  1. La bataille de Valmy 2/4 : Les acteurs de la bataille
    3 mars 2006

  2. La bataille de Valmy 1/4 : 1792, une année riche en événements
    3 mars 2006

  3. La bataille de Valmy 3/4 : Le déroulement de la bataille
    3 mars 2006

  4. Commémoration de la bataille de Valmy le 20 septembre 2005
    4 mars 2006

  5. Valmy : sa Bataille, son Moulin, sa Mémoire
    4 mars 2006

  6. La bataille de Valmy 4/4 : La République est proclamée
    4 mars 2006

  7. La reconstruction du moulin de Valmy après la tempête de 1999
    4 mars 2006

  8. Le Pen, prends-garde au Moulin de Valmy !
    18 juillet 2006

  9. L’ARAC de la Marne est signataire de l’appel à un rassemblement républicain à Valmy, le 20 septembre 2006, contre les idées de Le Pen
    15 septembre 2006

  10. Déclaration de Marie George Buffet par rapport à la visite de Le Pen à Valmy
    16 septembre 2006

  11. La bataille de Valmy par les professeurs d’histoire de l’Académie de Reims
    17 septembre 2006

  12. Jean-Marie Le Pen à Valmy : une visite privée très publique (journal l’Union)
    20 septembre 2006

  13. Le film vidéo de la manifestation du 20 septembre 2006 au Moulin de Valmy
    22 septembre 2006

  14. Discours de Damien MICHAUDET, à Valmy, le 20 septembre 2006
    25 septembre 2006

  15. Nos articles, photos, vidéo, sur la manifestation anti Le Pen au Moulin de Valmy le 20 septembre 2006
    2 octobre 2006

  16. Article du PRCF sur la venue de Le Pen à Valmy
    27 octobre 2006

  17. Communiqué commun du PRCF et du Comité Valmy (22 septembre 2006)
    4 novembre 2006

  18. Célébration, le 19 septembre 2010, du 218ème anniversaire de la victoire de Valmy par les armées révolutionnaires.
    13 septembre 2010