Accueil du siteMémoire de l’Algérie
   


Le 8 février 1962, métro Charonne : la police tue des manifestants anti-OAS
Publié le vendredi 24 mars 2006, mis à jour le samedi 25 mars 2006

 

Paris, février 1962. La perspective d’une fin de la guerre d’Algérie semble s’être éloignée depuis la suspension des pourparlers de paix, le 28 juillet 1961, entre le GPRA. (Gouvernement Provisoire de la République Algérienne) et le gouvernement français.

Cependant, dans les arcanes du pouvoir, tout le monde s’accorde à dire que la seule issue possible est l’indépendance de l’Algérie. S’accrochant désespérément à leur rêve d’une Algérie française, les fascistes de l’OAS. (Organisation Armée Secrète), multiplient les attentats en Algérie et en Métropole. Cette stratégie de la terreur vise à mettre la pression sur le gouvernement français, qui se dit de plus en plus favorable à de nouvelles négociations avec le GPRA.

Face à ce “péril brun”, les milieux de gauche se mobilisent autour du Comité Audin (Comité d’intellectuels luttant pour faire la lumière sur la disparition de Maurice Audin, militant du Parti Communiste Algérien), du PCF, de l’UNEF, et du PSU.
Dans les universités, des journées de grève sont organisées avec succès, ce qui pousse de Gaulle à déclarer : “Le peuple n’a pas à se préoccuper du problème de l’OAS ; c’est aux forces de l’ordre d’agir”.

Cependant, les forces de l’ordre ne sont pas aussi zélées dans leur lutte contre le terrorisme de l’OAS que dans la répression des sympathisants de la cause algérienne. Le 7 février 1962, dix attentats sont commis, à Paris, par l’OAS. Les cibles sont des universitaires, des élus du PCF, des officiers, des journalistes ainsi que le Ministre de la Culture, André Malraux. La bombe qui visait ce dernier blesse grièvement une enfant de quatre ans, Delphine Renard, qui perdra un œil et sera défigurée.

Cette vague d’attentats pousse la gauche à organiser un rassemblement, le 8 février 1962, place de la Bastille à Paris. Or, suite à l’état d’urgence décrété le 21 avril 1961, un arrêté préfectoral interdit toute manifestation sur la voie publique. Cependant, selon certains historiens (dont le Professeur Brunet), le préfet de Paris de l’époque, Maurice Papon, avait envisagé de tolérer la manifestation du 8 février. C’est le Général de Gaulle lui même qui se serait opposé à ce que le rassemblement ait lieu, après l’avoir qualifié de “communiste”, ce qui, dans sa bouche, signifiait clairement “subversif”, voire “dangereux”. De plus, l’interdiction de cette manifestation flattait l’aile droite de ses partisans, en montrant que de Gaulle ne jouait pas le jeu des communistes dans la solution du conflit algérien.

Le jour de la manifestation, les consignes sont claires : il ne faut tolérer aucun rassemblement et “faire preuve d’énergie” dans la dispersion des manifestants.
Cette “énergie”, les policiers dépêchés sur place vont la fournir de façon dramatique. Le quadrillage de la manifestation est parfait ; c’est en direction d’une véritable toile d’araignée policière que se dirigent les manifestants, à partir de 18h00. 2845 CRS, gendarmes mobiles et policiers sont organisés en cinq divisions entourant le quartier de la Bastille, de la gare de Lyon aux métros Filles du Calvaire et Saint Ambroise, et de la rue Saint Antoine au boulevard Voltaire.

Côté manifestants, on souhaite un rassemblement pacifique ; un communiqué radio précise, le 8 février, que “les manifestants sont invités à observer le plus grand calme”. En outre, les organisateurs prennent la décision de ne pas défiler, estimant que la police ne chargerait pas un rassemblement statique.

A l’heure du rassemblement, les manifestants se heurtent aux forces de l’ordre. Certains sont reflués sur la rive gauche, alors que, sur la rive droite, la tension monte peu à peu. En effet, quelques affrontements se déclenchent boulevard Beaumarchais. La réponse policière est terrible. On matraque des manifestants, des passants, les hommes, les femmes et personnes âgées, jusque dans les cafés et les stations de métro. L’acharnement est tellement aveugle que même des policiers en civil seront blessés.

Mais c’est boulevard Voltaire et rue de Charonne que la répression est la plus violente. Alors que les organisateurs donnent le signal de dispersion, les forces de l’ordre, commandées par le Commissaire Yser, chargent le cortège. En effet, sur ordre de la salle de commandement, c’est-à-dire du Préfet Papon, il faut “disperser énergiquement” les manifestants. Les policiers chargent avec une telle brutalité et de façon si soudaine, qu’un mouvement de panique s’empare des manifestants, qui tentent de fuir vers la station de métro la plus proche.

Les premières cibles des forces de l’ordre sont des élus communistes, qu’ils frappent à la tête. Puis, c’est au tour des manifestants qui, portés par la foule, trébuchent dans les escaliers du métro et s’entassent les uns sur les autres. Au lieu d’aider les gens qui suffoquent, les policiers les frappent, les insultent, et n’hésitent pas à jeter sur eux les grilles d’acier qu’ils trouvent au pied des arbres, ou encore des grilles d’aération. Le bilan de cette agression fut de huit morts, dont un manifestant de quinze ans. Sept d’entre eux sont morts par étouffement, un des suites de blessures à la tête. Tous étaient communistes.

Au lendemain du drame, la presse, de façon unanime, stigmatise la responsabilité des forces de l’ordre. Le Ministre de l’Intérieur, Roger Frey, rejette quant à lui toute la responsabilité sur le Parti Communiste, qu’il accuse d’avoir tenu la manifestation malgré l’interdiction officielle. Au passage, le ministre assimile les manifestants aux fascistes de l’OAS, car ce sont là, explique-t-il, “deux ennemis de l’intérieur”. De son côté, la population française est largement choquée par ce déchaînement de répression : entre 500 000 et un million de parisiens assistèrent aux funérailles des victimes.

Cet épisode de la vie politique française témoigne une fois de plus de l’amnésie historique de l’État français, sur certains sujets. Pendant des années, le drame du 8 février 1962 sera relégué aux oubliettes de l’histoire officielle. Il faudra attendre quatre décennies pour voir la réouverture des dossiers sur la guerre d’Algérie, le début d’une prudente autocritique de la part de l’État, et pour que la lumière commence à se faire sur les événements qui ont coûté la vie aux huit victimes de cette terrible journée.

Sources :
La riposte
Le Réveil des Combattants



Articles de cette rubrique
  1. Un Mémorial de la guerre d’Algérie dans la Marne ?
    27 février 2006

  2. Article 4 …et les autres….de la Loi du 23 février 2005
    27 février 2006

  3. Le film "LA TRAHISON", actuellement sur les écrans
    28 février 2006

  4. Douze intellectuels français appellent à la condamnation de la torture pendant la guerre d’Algérie (2001)
    11 mars 2006

  5. La Mémoire de l’Algérie
    7 mars 2006

  6. La France et le drame des Harkis en 1962
    8 mars 2006

  7. Appel des Harkis et de la Ligue des Droits de l’Homme du 4 mars 2006
    8 mars 2006

  8. Traumatisés de la guerre d’Algérie, un congrès pour faire la lumière
    8 mars 2006

  9. La guerre d’Algérie à travers les Actualités Françaises (extraits vidéos), de 1954 à 1962
    11 mars 2006

  10. La guerre d’Algérie à travers les Actualités Françaises (extraits vidéos), de 1954 à 1962
    14 mars 2006

  11. La guerre d’Algérie à travers les Actualités Françaises (extraits vidéos), de 1954 à 1962
    14 mars 2006

  12. La guerre d’Algérie à travers les Actualités Françaises (extraits vidéos), de 1954 à 1962
    14 mars 2006

  13. La guerre d’Algérie à travers les Actualités Françaises (extraits vidéos), de 1954 à 1962
    14 mars 2006

  14. La guerre d’Algérie à travers les Actualités Françaises (extraits vidéos), de 1954 à 1962
    14 mars 2006

  15. La guerre d’Algérie à travers les Actualités Françaises (extraits vidéos), de 1954 à 1962
    14 mars 2006

  16. La guerre d’Algérie à travers les Actualités Françaises (extraits vidéos), de 1954 à 1962
    14 mars 2006

  17. La guerre d’Algérie à travers les Actualités Françaises (extraits vidéos), de 1954 à 1962
    14 mars 2006

  18. La guerre d’Algérie à travers les Actualités Françaises (extraits vidéos), de 1954 à 1962
    14 mars 2006

  19. La guerre d’Algérie à travers les Actualités Françaises (extraits vidéos), de 1954 à 1962
    14 mars 2006

  20. Textes sur la guerre d’Algérie (1954-1962)
    14 mars 2006

  21. La guerre d’Algérie : bibliographie et webographie
    14 mars 2006

  22. Polémique permanente dans la Marne sur le « 19 mars ».
    18 mars 2006

  23. Les non-musulmans sont légalement pourchassés et poursuivis en Algérie.
    27 mai 2008

  24. Décristallisation : manœuvres gouvernementales pour maintenir les discriminations - 26 novembre 2006
    26 novembre 2006

  25. Ce qui s’est passé le 17 octobre 1961
    22 mars 2006

  26. Première pierre du Mémorial musulman à Verdun le 23 mars 2006.
    23 mars 2006

  27. L’ignoble Georges Frêche une nouvelle fois mis en examen
    24 mars 2006

  28. Le 8 février 1962, métro Charonne : la police tue des manifestants anti-OAS
    24 mars 2006

  29. Déclaration d’Alger - 2 mars 2003
    15 avril 2006

  30. rappelés
    22 avril 2006

  31. L’OAS voulait raviver la flamme à l’Arc de Triomphe le 5 juillet 2006.
    27 juillet 2006

  32. Dossier Pourpre : Psychotraumatismes de guerre
    3 septembre 2006

  33. Indigènes, revenez ! La France se colonise !
    5 octobre 2006

  34. Discours de Charles de Gaulle (Alger, 4 juin 1958)
    20 octobre 2006

  35. Ethnocide de Sétif du 8 mai 1945
    27 octobre 2006

  36. Charte des droits des Harkis, des femmes de Harkis et des enfants de Harkis du 23 novembre 2006
    26 novembre 2006

  37. Faux anciens combattants en Algérie
    20 décembre 2006

  38. Message de l’ARAC pour le 19 mars 2007
    26 décembre 2006

  39. Le film vidéo de l’inauguration du Mémorial "AFN" de la Marne le 16 février 2007
    20 février 2007

  40. Photos de l’inauguration du Mémorial Algérie de la Marne le 16 février 2007
    20 février 2007

  41. Un historien sur la guerre d’Algérie : En finir avec la tyrannie des mémoires et de l’occultation
    23 mars 2007

  42. Lettre ouverte de Ségolène Royal aux associations de rapatriés et de harkis
    29 mars 2007

  43. Anniversaire de la mort, en Algérie, de Jean-François Podgorski d’Avançon
    21 juillet 2007

  44. Communiqué - Appel du 30 novembre 2007 : « France-Algérie : dépasser le contentieux historique »
    1er décembre 2007

  45. Discours de Nicolas Sarkozy à l’université de Mentouri (Constantine) le 5 décembre 2007.
    5 décembre 2007

  46. Allocution de Nicolas Sarkozy devant les Harkis, le 5 décembre 2007
    9 décembre 2007

  47. Spectacle : A ceux qui n’ont rien dit – Temps 3
    7 février 2008

  48. Nouveau livre : « Se battre en Algérie 1954 – 1962 »
    16 mars 2008

  49. Commentaires de Henri Alleg sur le livre de notre Camarade Jacques Tourtaux : « Guerre d’Algérie, souvenirs d’un appelé anticolonialiste ».
    21 mars 2008

  50. Les non-musulmans sont légalement pourchassés et poursuivis en Algérie.
    27 mai 2008

  51. Soutenance d’un MAster II, à Reims, le 20 juin 2008, sur le mouvement étudiant franco - algérien pendant la guerre d’Algérie
    18 juin 2008

  52. Coordonnées des Administrations Françaises en Algérie.
    8 juillet 2008

  53. Message du Secrétaire d’Etat chargé des anciens combattants pour la journée nationale d’hommage aux harkis du 25 septembre 2010.
    29 septembre 2010

  54. « Troufions » : documentaire de France 2 sur les Anciens Combattants d’Algérie.
    21 avril 2011

  55. « Quand la France a refusé de sauver le soldat Mohamed » : livre témoignage d’un chef de section en Algérie.
    23 novembre 2011

  56. 17 octobre 1961 : nuit tragique à Paris
    21 mars 2006

  57. 350 000 anciens d’Algérie souffrent de troubles psychiques liés à la guerre
    8 mars 2006