Accueil du siteRéveil des Combattants
   


Le Réveil des Combattants N° 729-730 – avril-mai 2007
Publié le dimanche 27 mai 2007

  N° 729-730 – Avril-Mai 2007 a  

Psychotraumatismes de guerre : Le soutien du Conseil régional PACA
 
Le colloque consacré par l’ARAC aux « laissés-pour-compte des guerres contemporaines », fin novembre 2006 à Marseille, n’est pas fini pour autant après la clôture de ces travaux.

Tout d’abord, parce que rien n’est toujours réglé en matière de reconnaissance officielle et sérieuse des psychotraumatismes de guerre, de leur soin et de leur droit à réparation. Et que, de ce fait, sans une vulgarisation extrême de ses travaux, sans la connaissance des solutions proposées par ce colloque, tant qu’elles ne sont pas prises en compte par l’opinion publique et les parlementaires pour contraindre le gouvernement, quel qu’il soit, à adopter une loi spécifique… nous n’avancerons pas assez vite, ni efficacement. C’est pourquoi l’édition, puis la diffusion des « actes du colloque » de Marseille revêtent une urgence particulière.

Un groupe de travail s’est déjà réuni à plusieurs reprises pour concrétiser cette nécessité. Dans un premier temps, une brochure « légère », qui sera le véritable « squelette » des actes, va être éditée sous peu. Elle rassemblera le résumé des diverses interventions, communications et messages reçus à l’occasion de ce colloque. Elle aura pour mission, en plus de l’ aide à la mise en page des actes du colloque, de servir d’appel à conscience, d’appel à l’acte auprès de tous les parlementaires élus lors des élections législatives, qui la recevront accompagnée du Dossier Pourpre déjà publié par 1’ARAC.

Et, les actes de ce colloque devant être publiés avec le concours du Conseil régional Provence-Alpes-Côte-D’azur (PACA), il nous est apparu normal, non seulement de remercier ces élus pour l’aide efficace et conséquente apportée, mais aussi de publier ici des extraits de l’allocution d’ouverture de Joël Canapa (vice-président du Conseil régional) situant d’emblée l’esprit responsable et solidaire de cette assemblée régionale et de son président.

« (…) C’est un honneur et un plaisir pour moi de vous accueillir dans cet hémicycle et c’est un symbole aussi que d’y recevoir un tel colloque. Je voulais également, mesdames et messieurs, saluer la présence de mon collègue Guy Fischer, sénateur du Rhône et vice-président du Sénat. Je vais également vous transmettre les excuses de Michel Vauzelle, président du Conseil régional PACA, que je représente aujourd’hui avec beaucoup de plaisir

Ces journées organisées à l’initiative de l’Association républicaine des anciens combattants feront date pour la richesse de leurs débats et pour la force de leurs engagements.

Chacun sait combien le devoir de solidarité qui s’exprime dans l’aide morale, juridique et financière que vous apportez à ceux qui ont combattu pour la France et à leurs familles, nous tient à cœur. M. Vauzelle m’a demandé de vous assurer de sa plus vive sympathie et de sa solidarité dans le combat qui est le vôtre, pour que soit enfin reconnu le principe de la présomption d’origine qui ouvrirait la voie à un véritable droit à réparation sanitaire et financier en faveur de tous ceux qui souffrent dans leur corps, dans leur tête, le plus souvent, et on peut dire malheureusement très souvent, dans l’indifférence générale. Je pense sincèrement que votre combat est exemplaire.

Depuis une vingtaine d’années vous vous efforcez, malgré l’obstination des gouvernements (…) de faire reconnaître officiellement l’existence de psychotraumatismes de guerre ainsi que les conséquences des irradiations dues aux essais nucléaires, qui ont touché d’ailleurs pas mal de civils, pratiqués par la France au Sahara et en Polynésie depuis plus de 30 ans. Les experts scientifiques et juridiques qui s’expriment à votre tribune soulignent la justesse et le bien-fondé de votre combat.

(…) Qu’il s’agisse d’anciens soldats des guerres coloniales, des guerres chimiques, victimes civiles ou militaires des irradiations nucléaires, ces victimes n’ont jamais été reconnues dans leurs atteintes physiques et psychiques. Et elles rejoignent, malgré leurs sacrifices pour notre patrie, les bataillons des « laissés-pour-compte » d’une société de plus en plus individualiste.

La volonté que vous exprimez par vos témoignages et vos différentes interventions .est celle d’établir enfin la vérité, afin que soient reconnues les séquelles psychotraumatiques susceptibles de créer des troubles chroniques tardifs.

Faire adopter une loi spécifique

Votre volonté s’exprime aussi par la nécessité de faire adopter une loi spécifique reconnaissant le droit à réparation, mais qui doit surtout donner accès à des soins gratuits, à des soins de qualité dans des établissements hautement qualifiés, dans une optique de véritable santé publique intégrant aussi la dimension de prévention. Il n’est pas suffisant de réparer, il faut aussi éviter que de tels troubles, de tels désordres et de tels dégâts puissent se reproduire. Autant dire que la Région, par l’ensemble des politiques qu’elle développe en matière de solidarité et de santé, adhère pleinement à ces objectifs, et c’est la raison pour laquelle elle a apporté son soutien total à la manifestation qui nous réunit aujourd’hui.

La communauté des Nations doit se saisir du désarmement et de l’interdiction des armes nucléaires.

(…) Enfin je veux dire avec force que, dans un esprit de solidarité envers les générations futures, il est grand temps que la communauté des nations se ressaisisse pour parvenir à des progrès décisifs en matière de désarmement et d’interdiction des armes nucléaires.

Notre monde aujourd’hui est plus que jamais confronté à d’immenses défis pour accéder à un développement durable et équilibré, dans lequel l’homme doit avoir toute sa place. Il faut répondre à ces défis ; il faut dégager ces immenses moyens financiers engloutis dans les œuvres de mort pour les réinjecter dans les progrès sociaux et, notamment, dans la lutte pour la santé et pour l’éducation. J’ai la certitude que des initiatives publiques comme la vôtre contribueront à faire grandir la mobilisation nécessaire. Et si je peux prendre aujourd’hui un engagement au nom du Conseil régional, c’est que si vous publiez les actes du colloque - et nous vous aiderons à les publier- nous les relayerons.

(…) Enfin, encore une fois, au nom du président Vauzelle et en mon nom personnel, au nom de l’institution régionale, je voudrais formuler des vœux de plein succès pour les initiatives à venir que vous continuerez à mener avec beaucoup de pugnacité en faveur de cette grande cause.

Je vous remercie et je voudrais saluer M. Fabre, le directeur de l’ONAC qui représente le Préfet de Région Christian Frémont, M. Caminale, chef des services décentralisés du ministère de la Défense et qui est chargé des anciens combattants, et mes collègues conseillers régionaux qui passeront dans la journée pour prendre connaissance des travaux que vous tenez. »

************************************************

  N° 729-730 – Avril-Mai 2007 b  

Quelle armée, pour quelle défense aujourd’hui ?
 
Il serait grand temps, si l’on souhaite un lien armée-nation, que cette question soit directement débattue et actée par le peuple. On doit cependant noter que ça n’a jamais été le cas jusqu’à maintenant.

Ces dernières années émerge une idée qui semble faire consensus, celle de l’élaboration d’un nouveau Livre blanc sur la défense, afin de définir de nouvelles orientations en la matière. Par contre, et ça ne surprendra personne, le consensus s’effrite lorsqu’on aborde le type d’orientations à retenir. S’agit-il d’opérer un simple toilettage du Livre blanc adopté en 1994 ? Ou bien s’agit-il d’une refonte en fonction des défis actuels ?

Dans un tel débat, les défis sécuritaires retiennent l’attention. A l’évidence, ces défis ont été abordés dans le Livre blanc de 1994 de manière très superficielle. Ne sont perçues, et sans doute la période de guerre froide pesait encore, que les menaces à caractère militaire. Évidemment cela a conduit à une vision purement militaire de la sécurité.

Sécurité d’ordre militaire ou politique

On ne peut certes occulter toute dimension militaire dans le concept de sécurité, il reste que beaucoup d’autres dimensions sont à prendre en compte. Tout montre que ce qui fait la dangerosité du monde aujourd’hui, ce sont essentiellement les inégalités dans le développement, la non-satisfaction des besoins des peuples, de leur souveraineté, les politiques de domination. Les réponses à ces problèmes cruciaux qui menacent la sécurité de tous ne sont pas d’ordre militaire. Elles sont d’ordre politique, elles font appel au dialogue, aux coopérations multiples, au respect du droit et des règles internationales définis par la Charte des Nations unies.

On doit se convaincre qu’une véritable sécurité ne peut être que commune, je risquerai l’idée que partenaire. Est-ce un rêve au regard de la réalité ? Il faut bien reconnaître que les orientations définies par le Livre blanc de 1994, pourtant pièce doctrinale, qui a encore cours aujourd’hui ne s’inscrit pas dans cette analyse.

Conscription et service civil

Les orientations du Livre blanc ont été à la base des lois de programmation militaire, 1997¬2002, la présente 2003-2008, et en principe, si rien ne change, la prochaine 2009-2014. La physionomie de l’armée que nous connaissons en 2007 et des moyens mis à sa disposition en ont été inspirés. C’est le modèle « armée 2015 » qui vise à accroître significativement les capacités opérationnelles des armées, en particulier la capacité de projeter des forces par des actions militaires hors cadre national.

En ont découlé depuis 1996 d’importantes réformes, notamment le passage à l’armée professionnelle et la suspension de la conscription, qui avait derrière elle près d’un siècle d’existence. Cette suspension n’est pas fortuite, elle s’inscrit dans l’orientation « armée 2015 ». En effet ; une armée professionnelle est plus susceptible de répondre au modèle retenu. On dit souvent que la suspension de la conscription n’a pas été actée par le peuple, c’est vrai, mais l’ensemble des orientations en matière de défense n’ont jamais été non plus, ni débattues, ni actées par le peuple.

La réforme a conduit à une armée plus resserrée en effectifs, plus mobile, 573 000 en 1996 contre 352 000 en 2006. Aujourd’hui, on compte pour les armées : Terre : 165 000, Air : 68 600, Marine 53 400, Gendarmerie 100 000.

S’interroger sur la physionomie de l’armée aujourd’hui, c’est bien évidemment s’interroger sur les missions qui lui ont été assignées. Depuis 2000, des opérations militaires de différents types, et sous pavillon, français, européen, OTAN, ONU, ont eu lieu hors cadre national, engageant près de 40 000 militaires. On peut porter des appréciations diverses concernant l’opportunité de ces interventions, le cadre dans lequel elles ont été menées : c’est un débat.

On notera aussi, qu’au sein de l’Union européenne, la France est le pays qui a conclu le plus grand nombre d’accords bilatéraux de défense. Des accords ont été conclus avec 70 pays.

Concernant un retour possible à la conscription, outre le fait qu’il ne soit pas demandé par les organisations politiques, sociales, de jeunes, il convient de se poser la question, pour quels objectifs ?

C’est vrai que « le parcours de citoyenneté », étendu aux jeunes filles semble quelque peu léger, que la « réserve resserrée en volume et fondée sur le partenariat », ne semble pas très consistante. Mais, que proposer dans le cadre actuel ? Des propositions sont formulées, lesquelles concernent plus l’esprit civique que l’engagement citoyen en matière de défense. Peut-on envisager un service citoyen volontaire, formateur, rémunéré, ouvert sur la société, à missions internes au cadre national, ou externe au niveau de coopérations ? Le débat est ouvert.

Les moyens à disposition des armées

Quelques mots sur les moyens mis à la disposition des armées, qui découlent bien évidemment des orientations qui lui ont été définies. Je me limiterai à deux cas de figure.

  •  Premier cas, l’arme Nucléaire qui dans les lois de programmation militaire représente 20 % des budgets d’équipement. Deux visions prévalent depuis l’existence de cet armement.
    • La première considérant que l’arme nucléaire a une fonction purement dissuasive, la seconde de nature moins politique et plus militaire considérant qu’elle est plus efficace que les armes dites conventionnelles.
    • La seconde vision recouvre la doctrine d’emploi sous certaines conditions. Ce n’est pas une simple hypothèse d’école, le discours de Jacques Chirac à l’île Longue, en janvier 2006, a été assez ambigu à cet égard. Même si maintenue comme doctrine de dissuasion minimale, l’arme nucléaire pose un certain nombre de questions. Elle est le plus souvent présentée comme « une assurance vie », une garantie fondamentale de la sécurité de la France.

    Une telle présentation ne peut qu’interpeller d’autres pays, les incitants à s’en doter pour les mêmes motivations. C’est déjà une incitation à la prolifération.. Par ailleurs, il semble qu’une contradiction évidente surgit entre la volonté de fiabiliser et de moderniser ce type d’armement et prétendre s’inscrire dans l’action contre toute prolifération. Le fait que d’autres pays tendent à s’engager dans cette voie comme les Etats-Unis, le Royaume Uni, la Russie, la Chine, ne peut constituer un justificatif, bien au contraire. Au lieu de participer à ce qu’il faut bien appeler du surarmement, la France se grandirait à œuvrer au démantèlement multilatéral des armes nucléaires. Certes la France ne peut s’engager dans un désarmement unilatéral, mais pourquoi moderniser encore un arsenal très performant ? On rappellera sommairement pour mémoire que la force océanique stratégique compte actuellement quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins capables de tirer 48 missiles M45 d’une portée de 600 km, avec une charge de 6 têtes TN75 (80 à 100 kilotonnes), que la composante aéroportée comprend 60 Mirage 2000N, et des super-étendards, emportant 60 missiles moyenne portée (300 km) à charge nucléaire de 300 kilotonnes. Evidemment on peut encore faire mieux, mais on conviendra que c’est déjà pas mal. Les militaires eux-mêmes s’interrogent sur les nouveaux programmes projetés, nouveaux missiles M51, nouvelles têtes dites « océaniques », pour les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins, nouveaux missiles de moyenne portée dont seraient dotés les avions Rafale, nouvelles armes qui pourraient être mis au point par les simulations réalisées en laboratoire.

  •  Autre cas de figure dont on parle dans la campagne électorale ces derniers jours, le second porte-avions. La question la plus évoquée à son sujet est son coût. Il n’est pas négligeable, la bête pèse quand même 2,5 milliards d’euros, à peu près le coût d’investissement du TGV Est. On comprend aisément que cela retienne l’attention, alors que bien des besoins cruciaux ne sont pas satisfaits.

    Mais le coût, aussi important soit-il, peut-il être considéré comme le critère essentiel d’appréciation ? Le critère n’est-il pas la nécessité ou non d’un second porte-avions pour la défense ? A ce sujet il est parfois surprenant que certains qui ont approuvé, du moins pas contesté, le premier porte-avions s’interrogent aujourd’hui sur l’utilité du second. En effet l’acceptation du premier conduisait tout naturellement, afin d’éviter les périodes inopérationnelles de révision, à se doter d’un jumeau.

    S’interroger sur le second porte-avions, c’est s’interroger sur la nécessité ou non d’un porte-avions. Si on s’inscrit dans les orientations actuelles des forces armées la réponse est oui, car c’est un outil précieux pour la projection de forces. On sait que les Rafales engagés sur le théâtre d’opérations afghanes ont pour base le « Charles de Gaulle ». Si on ne s’inscrit pas dans cette orientation la réponse est non. Mais le « Charles de Gaulle » existe et il a coûté très cher. Alors l’enjeu est cornélien, faut-il revendre le « Charles de Gaulle » ou réaliser son jumeau ? Cela montre qu’il n’est pas facile de changer d’orientation du jour au lendemain en ces domaines.

    Certes d’autres suggestions sont formulées, surtout déterminées par le coût.

  •  On trouve celle de la location, mais à qui ? Aux États-Unis ? C’est la dépendance assurée.
  •  On évoque aussi sa réalisation dans le cadre de l’Union européenne. Un porte-avions européen n’a pas de sens, il appartient à une armée et nécessite un accompagnement, or il n’y a pas d’armée européenne.
  •  Est posée également sa réalisation en partenariat avec les Britanniques, c’est la solution la plus avancée, des études sont engagées, mais contrairement à ce qui est parfois avancé, ça n’en réduira pas le coût. Les technologies sont différentes, des adaptations sont nécessaires. Le débat se poursuit.

    Vers des états généraux de la défense ?

    Quelques mots sur les alliances : présentement l’armée française s’inscrit dans des ensembles, des alliances comme l’Union européenne avec la PESD, l’OTAN et les accords bilatéraux déjà évoqués. Pour ce qui concerne l’Union européenne, au sein des 27 pays est de plus en plus évoquée l’élaboration d’un Livre blanc européen sur la défense. Actuellement il n’y a pas de concept de sécurité global, ni de modèle de défense partagé au sein de l’Union…

    On peut rappeler, en passant, que la France est le 4e contributeur sur 26 aux budgets de l’OTAN. Pour dire que si la recherche d’une autonomie stratégique européenne est, comme le montre l’eurobaromètre, souhaitée par les opinions publiques européennes, il y a encore du chemin à parcourir. Pour dire aussi que le relationnel au sein de l’Union européenne, au sein de l’OTAN, ne peut être occulté dans la perspective évoquée d’un nouveau Livre blanc français sur la défense…

    Peut-on tolérer que les questions de défense demeurent encore chasse gardée de la présidence de la République, voire même du Parlement, ce qui représenterait déjà un progrès ? Le lien armée-nation est conditionné par l’irruption citoyenne. Ces questions doivent faire l’objet d’un large débat à caractère public. Pourquoi dans cette perspective ne pas militer en faveur d’états généraux de la défense pour construire une politique renforçant et équilibrant le lien armée-nation ?

    Exposé à L’ORMC(’) Villejuif, le 17 mars 2007(2) (extraits)

    Jacques LE DAUPHIN, Directeur de l’IDRP

    (I) ORMCM : Office républicain des mérites civiques et militaires.

    (2) L’intégralité de cet exposé disponible dans le Bulletin d’Information d’avril 2007

    ************************************************

      N° 729-730 – Avril-Mai 2007 c  

    Anciens combattants en Afrique du Nord : Vers un mémorial en Essonne
     
    Les cinq associations départementales représentatives des anciens combattants en Afrique du Nord en Essonne (ARAC, FNACA, ACPG/CATM, UFE et UNC) ont créé l’Association pour un mémorial départemental de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie (AMDAMT 91) ayant pour objectif d’ériger un site à la mémoire des 135 jeunes essonniens tombés durant cette guerre de 1952 à 1962.

    Ce projet, soutenu par le Conseil général, bénéficie du don, par la municipalité, du terrain où s’élèvera le mémorial au cœur de la ville d’Evry.

    Encouragé par le ministre des Anciens Combattants, l’ONAC, à travers André Fillère, administrateur national de l’ONAC, a engagé un partenariat par le biais de l’École de réinsertion professionnelle de l’ONAC de Soisy-sur-Seine, partenariat dans lequel les stagiaires en architecture (et les enseignants) se sont engagés avec enthousiasme.

    Un jury où siégeaient le représentant du ministère des Anciens Combattants, le directeur général de l’ONAC en personne, la ville d’Evry, le Conseil général de l’Essonne, l’Inspection d’académie, l’Association des maires de l’Essonne, les cinq associations d’anciens combattants et victimes de guerre, etc., eut à choisir entre trois projets et deux études.

    Un mémorial interactif

    Avec le concours de Pascal Simon, professeur ayant pris en charge cette mission de mémoire, les stagiaires ont conçu, en partenariat avec les cinq associations d’ACVG, un projet de mémorial résolument moderne, ne reprenant pas les symboles des monuments des conflits précédents, du type lauriers, colombes, casques et fusils.

    Autre point fort de leur réflexion, le lieu d’implantation de ce monument ne devra pas être figé dans un espace où seuls les anciens combattants viendraient rendre hommage aux soldats Morts pour la France, alors que le reste de la population passerait devant, sans se soucier de sa représentation.

    Au contraire, ils ont opté pour un mémorial interactif, faisant référence à l’émotionnel, et prenant en compte la symbolique de la perception de la mémoire, le tout inséré dans un parcours visuel et un espace libre, au cœur de l’espace boisé du parc des Coquibus.

    Appel à financement

    Reste maintenant à en financer la construction. Diverses subventions ont déjà été ou seront demandées (Conseil général, Conseil régional, municipalités, notamment les 56 où sont enterrées les 135 victimes) et les cinq associations membres de l’AMDAMT Essonne y associant leurs adhérents.

    Les lecteurs du Réveil qui souhaiteraient participer à ce travail de mémoire peuvent le faire en envoyant leur contribution à l’ARAC Villejuif (à l’attention de l’AMDAMT 91) qui transmettra. Ils recevront, à partir d’un don de 10 €, un certificat pour dégrèvement fiscal. Par avance, merci.

    André FILLERE Président départemental de l’ARAC Essonne
    Vice-président de l’AMDAMT 91

    ************************************************

      N° 729-730 – Avril-Mai 2007 d  

    Interview de Laurent Herbiet, réalisateur du film Mon Colonel
     

  •  Quelle démarche d’esprit vous a amené à réaliser un film à partir du roman « Mon Colonel » ?

    Il s’agissait, dans un premier temps, de trouver un thème qui, pour un premier long-métrage, sortirait un peu du cadre habituel de la comédie. La guerre d’Algérie a relativement peu été traitée au cinéma et ce, malgré sa grande richesse « dramatique ».

    La polémique qui entoure toujours cette part sombre de notre histoire rend malheureusement difficile le financement de films sur ce sujet. Le roman de Francis Zamponi se trouvait être un parfait résumé de ce qu’avait été la lutte anti-insurrectionnelle menée par l’armée et les autorités françaises. Il mettait de plus en exergue le rôle majeur des politiques dans cette répression, ce qui avait rarement été montré dans des oeuvres de fiction.

    Par ailleurs, j’ai grandi dans la France rurale des années 60, où quasiment tous les hommes de l’âge de mon père (et mon père lui-même, rappelé en 1956) ont été envoyés en Algérie.

    Mon Colonel peut permettre aux nouvelles générations de mieux comprendre ce qu’ont vécu ces jeunes appelés sur place, ce qu’a été la nature de ce conflit et pour¬quoi il a laissé des traces tellement profondes dans notre société.

  •  Votre film traite de toutes les facettes de la guerre d’Algérie, longtemps ignorée et sans nom. Est-ce à partir du roman qui était aussi dense ou avez-vous eu besoin de témoignages ?

    Le roman de Francis Zamponi est d’une nature particulièrement riche et bien documentée.

    Lors de l’écriture du scénario et de la préparation du film, nous avons bien évidemment consulté nombre d’ouvrages datant de l’époque (entre autres sur les colonels Argoud, Trinquier, Denoix de Saint-Marc, Bigeard) et des témoignages plus récents émanant essentiellement d’appelés du contingent.

    La quasi-totalité des évènements narrés dans le film sont tirés de faits réels.

  •  Votre film a été tourné en Algérie, ce qui le rend bien réel. Cela a-t-il été facile d’avoir les autorisations et quelles ont été les réactions de la population locale ?

    Mon Colonel a été tourné en coproduction avec l’Algérie (ainsi qu’avec la Belgique via les frères Dardenne) et nous avons donc pu bénéficier du concours permanent de l’ANP (armée algérienne) et de ses services. Il n’y a donc eu aucun problème d’autorisation.

    Nous avons pu tourner partout où nous le désirions. Les véhicules militaires utilisés dans le film, les armes et les figurants jouant les soldats français ou FSNA ont tous été fournis par l’ANP. Et je dois dire que sans cette aide, et au regard de son économie modeste, le film n’aurait pas pu exister.

    Quant à l’accueil de la population, il a été d’une grande chaleur. Les Algériens rencontrés étaient heureux de voir une équipe française venir tourner un film sur une histoire qui nous est commune. C’est pour eux une forme de soulagement que de constater qu’il n’y a pas en France que des supporters de la loi de Février 2005 (sur les bienfaits de la colonisation) mais aussi des gens qui reconnaissent ce qui a été leur lutte et leurs souffrances pour l’indépendance.

  •  50 ans après, le silence de la « grande muette » est toujours aussi assourdissant. Est-ce le message qu’il faille tirer de votre film ?

    Tant que les gouvernements successifs de la République française se refuseront à reconnaître les exactions des militaires et des autorités locales durant cette guerre, il est assez logique que l’armée continue à se taire. Pour bon nombre de militaires engagés ayant vécu cette époque, il y a eu finalement une double humiliation : celle de s’être senti manipulé par le pouvoir politique pour faire le sale boulot et celle de devoir plier bagages alors qu’ils estimaient avoir gagné sur le terrain.

    Il y a peu de chance de voir l’armée de 2007 s’exprimer de quelque manière que ce soit sur la guerre d’Algérie et ce pour une raison fort simple : il ne s’agit plus de la même armée. Les cadres ont changés. Le rôle même de l’armée a évolué, s’orientant vers une professionnalisation et des activités heureusement plus tournées vers le maintien de la paix.

    Cependant, dans toutes les armées du monde, on continue à former des soldats a l’obtention du renseignement. Les évènements récents liés à la guerre en Irak (Abu-Graib, Guan¬tanamo) prouvent qu’il ne faut pas grand-chose pour que des armées de grandes démocraties retombent dans les travers les plus effroyables.

    Interview réalisée par Claude MASSON

    Ancien combattant d’Algérie

    ************************************************

      N° 729-730 – Avril-Mai 2007 e  

    Un nouveau film sur la guerre d’Algérie
     
    Un nouveau film sur la guerre d’Algérie sortira sur les écrans le 26 septembre prochain. Son titre : "Ennemi intime". Il s’agit d’une réalisation de Florian-Emilio Siri, d’après un scénario de Patrick Rotman.

    Elle est inspirée de témoignages vécus, dont celui de notre camarade Henri Pouillot, de documents historiques dans la ligne des documentaires du même nom présentés sur FR3 et du livre de Patrick Rotman, Ennemi intime, édité par le Seuil en 2002.

    D’autres projections-débats se profilent donc à l’horizon 2007-2008.

    Paul MARKIDES

    ************************************************

      N° 729-730 – Avril-Mai 2007 f  

    Légion d’honneur : Pour les Justes parmi les Nations ?
     
    Un communiqué de la présidence de la République (6 avril 2007) informe de la nomination dans l’Ordre de la Légion d’honneur, promotion Pâques 2007, des Justes de France.

    Ce texte précise : « Après avoir rendu hommage aux Justes de France au Panthéon, le 18 janvier 2007, le Président de la République a souhaité honorer les Françaises et les Français reconnus comme Justes parmi les Nations en les nommant, à l’occasion de la promotion de Pâques 2007, dans l’Ordre de la Légion d’honneur.

    En contribuant, aux heures les plus sombres de notre histoire, à saliver les trois quarts des Juifs de France de la déportation, et donc d’une mort presque certaine, ces femmes et ces hommes ont incarné les valeurs qui fondent la Nation et la République. Ils font profondément honneur à la France ».

    Si l’on ne peut que saluer une telle décision, on ne peut qu’être interrogatif quant à ses suites concrètes. En effet, la Légion d’honneur sera-t-elle décernée à Tous les Justes reconnus officiellement ? Rappelons en effet que plus de 2 700 Français sont reconnus officiellement par le Mémorial Yad Vashem en Israël.

    Pour l’heure, la promotion de Pâques publiée au Journal officiel du 8 avril 2007, compte 140 nominations à ce titre de Juste. Nous en sommes heureux pour eux et leur présentons nos très sincères, félicitations. Mais, ceci étant, qu’en sera-t-il des autres ?

    Félicitations à Georges Bergis

    Nous avons noté avec plaisir, dans la promotion de Pâques 2007, de la nomination au titre du Premier Ministre, de notre ami Georges Bergis au grade de Chevalier.

    Rappelons que Georges, avocat honoraire et ancien bâtonnier, est membre de l’ARAC dont il fut très longtemps l’une des composantes de son Bureau national et de sa direction départementale du Tarn-et-Garonne.

    Aujourd’hui, président de l’union départementale de l’UFAC, il totalise près de 60 années d’activité professionnelle, de dévouement associatif et de services rendus à la France durant la Résistance anti-nazie .

    Nous lui adressons nos félicitations les plus affectueuses, ainsi qu’à Yves Doury, secrétaire général de l’UFAC nationale, également nommé Chevalier au titre du ministère des ACVG.

    ************************************************

      N° 729-730 – Avril-Mai 2007 g  

    De Tulle à Oradour : Cent collégiens sur les chemins de la mémoire
     
    Au départ, la démarche est habituelle pour Savigny-sur-Orge (Essonne) :
    chaque année, la municipalité et la commission Mémoire organisent un cheminement de témoignage, sur des lieux symboliques, auquel participent des collégiens des Gâtines et de Jean-Mermoz, accompagnés de leurs enseignants, de responsables locaux de l’ARAC, la FNACA, l’UNC et d’André Fillère, administrateur national de l’ONAC, vice-président national de l’ARAC et président départemental de l’ARAC Essonne.

    A l’arrivée, une cérémonie à caractère régional grâce aux contacts noués entre le député-maire de Savigny, Jean Marsaudon, l’ARAC et les représentants de la Résistance corrézienne unie.

    Cette rencontre allait en effet permettre aux représentants de la Résistance unie (FTPF et ASMUR*), avec leurs drapeaux, d’accompagner les cent collégiens savigniens, de leur commenter les faits et d’en témoigner avec force et émotion sur les lieux même des drames. Une grande reconnaissance doit d’ ailleurs être manifestée à notre camarade Pierre Pranchère (parlementaire et député européen honoraire), membre de l’ARAC de Corrèze (et FTPF à 17 ans) qui fût l’âme et le réalisateur concret de cette initiative.

    La tragédie de Tulle

    Alors que les combats pour libérer la ville sont menés par la Résistance, la division SS Das - Reich arrive à l’improviste à Tulle. Appliquant les ordres du général SS Lamerding, 99 habitants seront pendus aux réverbères et aux balcons de la ville.

    Après un hommage aux martyrs au haut-lieu de Cueville (où les corps furent jetés sur une décharge de détritus par les nazis), les collégiens visitèrent une ex position consacrée au drame, puis écoutèrent, dans un silence impressionnant, un témoin raconter comment les nazis firent le choix des 99 martyrs parmi les 450 personnes rassemblées devant la manufacture d’armes. Il en était, et le « tri » dura toute la journée.

    La Gare de Corrèze

    C’est le nom d’un’ village où la Résistance attaqua un train allemand. Comme à Tulle, la Résistance régionale unie était présente, avec une mention particulière pour l’ARAC de Corrèze, son président Jacques Plas, sa secrétaire générale, Marie-Jo Cappoen et leurs drapeaux, qui s’investirent avec enthousiasme pour le succès de cette initiative de mémoire.

    Pierre Pranchère captiva l’attention des collégiens par son récit de l’attaque du train et des circonstances tragiques où « le Tigre », nom de guerre du mari de Lucienne Georges, savignienne présente, résistante et membre de l’ARAC, fut grièvement blessé durant ce combat. Michel Georges, tout comme mon regretté camarade Gustave Robillard (« Dix de der » dans la Résistance corrézienne) furent d’ailleurs des dirigeants de l’ARAC, notamment à Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) où j’ai milité avec eux.

    Un mémorial de la Résistance unie

    Ce fut l’étape suivante. Un mémorial original à plus d’un titre :

  •  par son immense croix de Lorraine, dont le corps est constitué de deux montants verticaux symbolisant l’union des FTPF et de l’AS dans la Résistance,
  •  par son emplacement sur l’aire de repos de l’autoroute de Vi¬trac,
  •  par la Maison de la Corrèze, sur cet aire de repos, qui présente, sur cinq écrans, une projection de courts-métrages faisant découvrir la Résistance dans les maquis d’Auvergne.

    Ici, la dimension de l’événement prenait son essor à travers l’hommage national de l’ARAC qu’allait rendre son vice-président national André Fillère à la Résistance unie, et aux enseignements que la jeunesse doit reprendre à son compte, elle, l’héritière des valeurs républicaines et des idéaux des patriotes, qu’elle a pour mission de continuer. (Nous reviendrons sur ce discours dans un prochain Réveil et dans le Bulletin mensuel d’information de l’ARAC).

    Oradour, retour sur un massacre

    Pour clore ce cheminement, de mémoire tragique, les collégiens de Savigny se rendirent à Oradour, ville martyre, où ils découvrirent le Centre de la mémoire et les événements tragiques de ce 10 juin 1944, avant d’être frappés par les ruines du village, de l’église, puis de se recueillir au cimetière dans l’émotion générale et le souvenir des 462 martyrs, les hommes fusillés et les femmes et les enfants brûlés dans l’église, sans exception.

    Il faut louer ici les qualités exceptionnelles des personnes chargées de faire vivre le drame en profondeur, en conscience, en colère aussi, qui nous accompagnèrent tout au long de ce sentier étroit entre l’horreur, l’incompréhension et la révolte ressentie en ces lieux. Un périple marquant de Tulle à Oradour, de martyrs en résistance, qui fit que ces jeunes revinrent avec une nouvelle conscience de leur rôle aujourd’hui et demain, pour bâtir en paix.

    AF

    * FTPF : Francs tireurs et partisans français

    * AS-MUR : Armée secrète-Mouvements unis de la Résistance

    ************************************************

      N° 729-730 – Avril-Mai 2007 h  

    Mont Valérien, cérémonie du 2 juin 2007, encore plus de jeunes…
     
    L’Association pour le souvenir des fusillés du Mont-Valérien et de l’Ile-de-France… en assemblée générale.

    Georges Duffau, président, après avoir invité les participants à l’assemblée générale à une minute de silence observée en la mémoire des regrettés Maurice Kriegel-Valrimont, Guy Lamothe, Albert Giry, Robert Brisset, Blanche Coureuil, a dressé un bilan d’activités stimulant : la cérémonie du 10 juin dernier fut belle, ponctuée par des respirations artistiques émouvantes, animées par deux chorales de jeunes gens : celle du Val-d’Oise et celle de l’école Beaudricourt de Paris, par la présence active de deux classes de la Garenne-Colombes, d’élèves du lycée allemand de Paris.

    Enfin l’évocation historique de qualité, conçue par le toujours jeune Jacques Mignot, toucha le cœur et la raison et fit oublier très vite la canicule sévissant cet après-midi là..

    Objectif pour juin 2007 : amplifier la démarche de l’association en direction de la jeunesse, en faisant preuve d’imagination, en travaillant partout où c’est possible l’appui des élus locaux, des enseignants, des parents d’élèves…

    L’association s’engage aussi de poursuivre son action auprès du ministère des Anciens Combattants et Victimes de Guerre pour la réalisation de l’ascenseur et du musée, et l’ajout de nouveaux noms à « la Cloche ».

    Enfin, Georges Duffau a précisé que son association apporte son appui aux démarches de l’Association des familles de fusillés et massacrés de la Résistance française pour que la station Balard du tramway parisien rende hommage aux fusillés en prenant le nom des « Fusillés de Balard ».

    Les comités et sections de l’ARAC de l’Ile-de-France ne manqueront pas de se mobiliser si possible en direction des jeunes pour faire de ce rendez-vous annuel du 2 juin 2007 un millésime encore plus fort.

    Georges Duffau a terminé son rapport en appelant à « continuer le combat de nos aînés dont nous honorons la mémoire… pour que les jeunes générations vivent dans un monde enfin débarrassé de cette gangrène que l’on nomme fascisme avec toutes les composantes dites modernes… »

    Raphaël VAHÉ

    ************************************************

      N° 729-730 – Avril-Mai 2007 i  

    Mémoire vivante : « Plus jamais ça »
     
    Initiative dans le cadre du 90e anniversaire de l’ARAC, organisé par la section des Cévennes (ARAC du Gard), sur le thème « Plus jamais ça ».

    Ce mardi 27 mars, les anciens résistants ont reçu des collégiens au puits de Célas, un des hauts-lieux de la mémoire dans le Gard, où 29 corps (dont 2 femmes allemandes) furent jetés par les Waffen SS en 1944.

    Les témoins présents ont rappelé aux collégiens que pour la plupart d’entre eux ils avaient l’âge d’aller au collège lorsqu’ils se sont engagés dans la lutte clandestine, les questions très diverses ont porté sur la vie de tous les jours, mais aussi sur les actions menées et les répressions subies, les relations avec la population, l’occupant et les autres résistants.

    L’âge des témoins et leurs relations avec les martyrs jetés dans ce puits en 1944, ont ému les collégiens, les questions ont continué à fuser lors de la collation qui leur a été offerte.

    Cette manifestation n’a pu être réalisée que grâce au concours de la direction départementale de l’Office nationale des anciens combattants, des principaux des collèges Deparcieux-du-Martinet et de la Regordane de Génolhac, des conseillers généraux de Génolhac et de Saint-Ambroix et des Maires de Génolhac, du Martinet, de Saint-Florent-sur-Auzonnet et de Saint-Jean-de-Valériscle, des comités départementaux de l’Association nationale des anciens combattants de la résistance (ANACR ) et de l’ARAC.

    ************************************************

      N° 729-730 – Avril-Mai 2007 j  

    Alerte en Pologne : Les combattants en Espagne républicaine qualifiés de traîtres
     
    Après le déclenchement de la guerre d’Espagne de nombreux Polonais, communistes et non communistes, avaient rejoint les Brigades internationales : leur brigade portait le nom de Dombrowski.

    José Fort, membre de la direction nationale de l’Association des amis des combattants en Espagne républicaine a déclaré :
    « Plusieurs centaines d’entre eux sont morts au combat et la plupart des survivants jouèrent un rôle déterminant dans la résistance à l’occupation nazie.
    Plusieurs dispositions et un projet de loi sont en cours d’élaboration à l’encontre des brigadistes :

    • suppression de la pension d’ancien combattant,
    • élimination des noms d’une rue et d’une école à Varsovie…

    Pour le gouvernement polonais, les brigadistes furent des traîtres parce qu’ils étaient partis combattre en Espagne pour construire le communisme.
    Aucune réaction de l’Union européenne, alors que la Pologne fait partie de l’Union européenne… A Paris, l’ACER a fait connaître son indignation et lance une pétition de protestation. »

    Le Bureau national de l’ARAC, réuni les 13 et 14 avril dernier, partage totalement cette indignation et appelle tous ses adhérents, tous les républicains à signer et faire signer massivement la pétition ci-dessous, lancée par l’ACER.

    Envoyez vos signatures au Réveil qui transmettra. reveil-des-combattants@wanadoo.fr

    Les brigadistes polonais éliminés de l’Histoire

    Le gouvernement de Varsovie met en place actuellement une série de mesures visant à éliminer de l’histoire du pays le souvenir des brigadistes polonais qui ont combattu pour la défense de la République espagnole contre l’agression combinée de Franco, Hitler, Mussolini et Salazar. Les brigadistes sont qualifiés par les autorités polonaises de traîtres et criminels.

    Plusieurs dispositions et un projet de loi sont en cours d’élaboration à l’encontre des brigadistes : suppression de la pension d’ancien combattant, élimination des noms d’une rue et d’une école à Varsovie à la mémoire des anciens de la brigade Dombrowski.

    Pour le gouvernement polonais, les brigadistes furent des traîtres parce qu’ils seraient partis combattre en Espagne pour construire le communisme et qu’ils auraient contribué à la consolidation du régime totalitaire en formant un groupe influent au sein du parti communiste polonais.

    Les autorités polonaises avaient déjà fait disparaître du monument au soldat inconnu de Varsovie les noms des principales batailles (Ebre, Brunete, Jarama) auxquelles les brigadistes polonais avaient participé en Espagne.

    La Pologne élimine de l’Histoire les brigadistes alors qu’en Estonie les anciens SS font l’objet d’hommages officiels répétés.

    Sans aucune réaction de l’Union européenne alors que ces deux pays sont membres des « 27 ».

    Les mesures annoncées à Varsovie provoquent en Espagne de vives réactions.

    A Paris, l’Association des amis des combattants en Espagne républicaine vous invite à signer la pétition de protestation qui sera adressée au gouvernement polonais.

    ************************************************

      N° 729-730 – Avril-Mai 2007 k  

    Déclaration du Bureau national de l’ARAC Contre la renaissance de la « bête immonde »
     
    Des événements très inquiétants se produisent actuellement dans plusieurs pays d’Europe.

    En France, les anciens de l’OAS réapparaissent au grand jour en organisant des manifestations devant des tombes de criminels condamnés à mort par la justice de la République ou encore en tentant de mettre en place des stèles d’hommage aux mêmes individus. L’ARAC s’est opposée activement à ces manifestations et elle poursuit son action en demandant au gouvernement de prendre de fermes mesures d’interdiction à leur encontre.

    En Pologne, le gouvernement élabore plusieurs dispositions et un projet de loi à l’encontre des anciens volontaires polonais des Brigades internationales qui ont combattu pour la défense de la République espagnole contre l’agression de Franco, Hitler, Mussolini et Salazar en les qualifiant de « traîtres et criminels ».

    En Lettonie, le gouvernement réhabilite les nazis. Et cette liste n’est pas exhaustive.

    L’ARAC exprime son inquiétude devant ces faits et sa vive protestation à l’intention des gouvernements polonais et letton. Elle demande au gouvernement français de fermes interventions en faveur des brigadistes polonais et contre la réhabilitation des nazis en Lettonie auprès des gouvernements concernés.

    Les pays constituant l’Europe ont connu le mal fait par le nazisme et ses alliés fascistes. Ils ne peuvent accepter de tels actes. En agissant de cette manière les gouvernements polonais et letton se placent en rupture avec la communauté européenne qui entend assurer sur son territoire une démocratie faite du respect des convictions de chacun en y excluant seulement et sans concession les tenants du fascisme.

    Villejuif le 14 avril 2007

    ************************************************

      N° 729-730 – Avril-Mai 2007 l  

    ONAC : Réunion du conseil d’administration
     
    Le conseil d’administration de l’ONAC s’est réuni le mercredi 11 avril 2007, au Cercle national des armées. C’était le 15e et dernier conseil que présidait M. Mékachéra et le premier auquel participait le nouveau directeur général de l’ONAC, Rémy Enfrun, préfet hors cadre, remplaçant Guy Collet.

    André Filière et Jacqueline Thabeault-Alcandre ont participé aux travaux des commissions préparatoires (Affaires générales et financières, Mémoire et solidarité), puis au conseil lui-même, au cours duquel l’attribution d’une allocation différentielle de solidarité servie par l’ONAC aux veuves d’anciens combattants dont les ressources sont inférieures à 550 € mensuels fut au cœur des débats.

    Après l’ouverture par le Ministre qui rappela son bilan des cinq années écoulées, le conseil d’administration approuva le procès-verbal de la séance du 31 octobre 2006, examina la gestion budgétaire 2006 et vota à l’unanimité les comptes financiers de l’an passé.

    Le problème de la DM1

    Régulièrement, le conseil d’administration est amené à adopter des décisions modificatives corrigeant le budget primitif établi, afin de l’adapter aux évolutions de gestion.

    Ici, la DM1 devait incorporer les 500 000 euros votés par le Parlement dans le budget 2007, pour amorcer l’attribution de l’allocation différentielle de solidarité que l’ONAC va verser à certaines veuves d’anciens combattants parmi les plus démunies. Or, problème : le texte de présentation de cette allocation annonçait que les crédits nécessaires seraient pris sur le budget d’action sociale de l’ONAC !

    Une telle option, celle du ministère des Finances, est tout à fait inacceptable et a déjà été écartée par le groupe de travail officiel (dans lequel siégeaient André Filière et Isabelle Capela), par les débats au Parlement et rejetée par les deux commissions de l’ONAC. Dans ces conditions, les administrateurs anciens combattants et victimes de guerre, après lecture publique d’un texte d’explication de vote, refusèrent d’adopter la DM1 et s’abstinrent. Celle-ci ne fut donc votée que par 7 voix (celles des représentants des ministères) et… 21 abstentions.

    Cette démarche, préservant l’ave¬nir et donnant un très ferme et sérieux avertissement au gouvernement, visait dans le même temps à permettre le fonctionnement de l’ONAC et la concrétisation, à partir de septembre prochain, du versement des allocations aux veuves les plus démunies, ce qui n’aurait pu être le cas si la DM1 avait été rejetée, gelant alors les 500 000 € de crédits prévus pour l’allocation.

    Nos lecteurs trouveront, dans le prochain Réveil, les détails de cette affaire et le rôle joué par les administrateurs membres de l’ARAC.

    La suite des travaux du CA
  •  Maison de retraite de Carignan : la fusion de l’établissement de l’ONAC avec celui, mitoyen, de la Croix-Rouge a été votée à l’unanimité.
  •  Des dons et legs furent acceptés.
  •  Examen d’une proposition de la FNCPG/CATM que soit transférée à l’ONAC la gestion du centre de rééducation professionnelle et du centre de pré-orientation Les Rhuets, situés à Vouzon (41). La FNCPG/CATM restant propriétaire des lieux, un accord fut donné pour une mission exploratoire, sous réserve d’un inventaire et d’un état des lieux précis, ne permettant aucune mauvaise surprise ultérieure pour l’ONAC.
  •  Compte rendu des activités mémoires de l’ONAC et des résultats du plan emploi (tutorat des ACVG et résultats des écoles de réinsertion professionnelle).
  •  Médailles d’Or de l’ONAC : parmi les dix attribuées, notons que, pour la première fois, cette médaille a été remise à un directeur général de l’ONAC quittant sa responsabilité, Guy Collet, que nous félicitons sincèrement.
    ************************************************

      N° 729-730 – Avril-Mai 2007 m  

    UFAC : Pour une politique étrangère de justice et de paix
     
    Considérant les prochaines échéances électorales, présidentielle et législatives, l’Union française des associations de combattants et de victimes de guerre tient à rappeler sa position sur les principes généraux qui devraient guider la politique étrangère de la France, sur l’action à poursuivre pour que ces principes soient respectés et qu’une solution pacifique soit apportée aux différends internationaux.

    Principes généraux

    Les tragédies de la deuxième guerre mondiale et les nombreux changements géopolitiques qui les ont suivies ont donné lieu à des progrès majeurs dans l’institutionnalisation des relations internationales, tant en ce qui concerne les principes que les organes destinés à les mettre en œuvre.

    Ainsi, la Charte des Nations unies, la Déclaration universelle des droits de l’homme, les conventions de Genève et leurs protocoles additionnels précisant et développant le droit international humanitaire, les autres instruments diplomatiques élaborés à la lumière de l’évolution de la situation internationale, constituent un développement important du droit international.

    La création de l’Organisation des Nations unies et des institutions spécialisées, de la Cour internationale de justice, de la Cour pénale internationale, des diverses organisations régionales établies dans le cadre de la Charte, représentent les outils nécessaires pour progresser vers la paix, la justice et la solidarité dans le monde.

    L’UFAC souligne donc sa profonde conviction de ceux qui ont vécu les tragédies de la guerre et de ceux qui en ont souffert, que le recours aux armes pour résoudre les différends internationaux n’est ni inévitable ni inéluctable à la condition que le droit international soit strictement respecté partout et par tous et que la volonté politique d’agir dans ce sens existe, Ce qui, de toute évidence, comme le démontre l’image de l’actualité quotidienne, est très loin d’être le cas. Un nombre d’événements dans le passé récent ont démontré que la violation des principes, le recours à la force, contrairement au droit, n’ont pas apporté de solutions justes et durables aux conflits, mais, le plus souvent, les ont aggravés.

    Des objectifs précis

    L’UFAC estime donc que l’action doit porter sur la volonté politique des États membres des Nations unies pour progresser notamment vers les objectifs suivants : Renforcer l’ONU qui demeure l’instrument essentiel et irremplaçable pour la régulation des relations internationales et pour le règlement des problèmes auxquels l’interdépendance et l’interactivité de plus en plus grande entre les États donne lieu.

    Ceci implique des améliorations structurelles et un accroissement des moyens, en particulier financiers, en vue de lui permettre de remplir efficacement, avec la coopération et le soutien des États membres, les missions qui lui sont assignées par la Charte, Favoriser la prévention des conflits par le recours aux dispositions et à la mise en œuvre des mesures énoncées dans le chapitre VI de la Charte,

  •  Observer strictement les dispositions du chapitre VII de la Charte en cas de recours à la force armée, en particulier pour venir en aide aux populations en danger, Poursuivre les négociations pour aboutir à des accords sur le ’ trafic illicite des armes légères de petit calibre, l’assimilation des « armes à sous munitions » aux mines anti-personnel et leur interdiction. La conférence d’Oslo a été un pas positif dans ce sens,
  •  En ce qui concerne l’énergie et l’armement nucléaire, poursuivre les négociations pour le respect, par les États signataires, de toutes les dispositions du Traité de non-prolifération et pour la prise en considération de ces dispositions par les États non signataires disposant de l’arme nucléaire,
  •  Renforcer l’efficacité du Conseil des droits de l’homme récemment créé au sein des Nations unies pour favoriser la mise en pratique des dispositions de la Charte internationale des droits de l’homme, et notamment, du respect de la dignité humaine,
  •  Agir pour le respect des dispositions du Droit international humanitaire et pour le renforcement de la Cour pénale internationale,
  •  Poursuivre l’action pour que les États membres tiennent leurs engagements pris au sein des Nations unies en ce qui concerne le développement durable, la protection de l’environnement et la diminution de la pauvreté,
  •  Renforcer la coopération dans la lutte contre le terrorisme international, en sauvegardant les principes démocratiques et le respect du droit, Rappeler à l’opinion publique la persistance de « conflits orphelins » négligés par les médias et la nécessité d’agir pour leur trouver une solution.

    Pour le problème du Proche et Moyen-Orient, il convient :

  •  De poursuivre les négociations pour une paix juste et durable entre Israël et la Palestine dans la sécurité garantie aux deux États, sur la base des accords d’Oslo, des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations unies, de la « feuille de route » du Quartet, des négociations de Tabah, ainsi que de l’accord informel de Genève qui propose des solutions concrètes acceptables par les deux parties et qui semble négligé,
  •  De poursuivre les échanges de vues et les négociations qui doivent se dérouler au cours d’une conférence tenue à Bagdad et réunissant les représentants de l’Irak, de l’Iran et des autres pays voisins ainsi que des cinq membres permanents du Conseil de sécurité, dont les Etats-Unis.

    Les remarques et les propositions énoncées dans la présente note n’ont bien entendu aucun caractère exhaustif. Elles reflètent les réflexions auxquelles se sont livrées les anciens combattants et victimes de guerre membres de l’UFAC.

    Conférence d’Oslo

    L’Union française des associations de combattants et de victimes de guerre :

  •  Note avec satisfaction les résultats de la conférence d’Oslo (25 février 2007) au cours de laquelle quarante-six pays sur les quarante-neuf participants ont adopté une déclaration appelant à une interdiction des bombes à sous-munitions d’ici à 2008,
  •  Regrette le vote négatif du Japon, de la Pologne et de la Roumanie,
  •  Déplore l’absence des pays qui n’ont pas répondu à l’invitation à cette conférence,
  •  Rappelle que les bombes à sous-munitions, dispersées sur de larges territoires à partir de différents vecteurs, causent la mutilation et la mort de nombreuses personnes, dont 98 % sont des civils parmi lesquels une majorité d’enfants,
  •  Appelle à la conclusion rapide d’un traité interdisant la production, la détention et l’utilisation de telles armes.

    Paris le 15 mars 2007

    ************************************************

      N° 729-730 – Avril-Mai 2007 n  

    Alignement des pensions PMI des armées de Terre et de l’Air sur celles de la Marine
     
    La loi de finances pour 2007 a décidé de la révision des pensions militaires d’invalidité (PMI) des militaires des armées de Terre et de l’Air, en vue de leur alignement sur les indices des marins d’un grade équivalent. La note d’information N° 50/BERG du 21 mars 2007, en précise les modalités.

    Les indices afférents au code des pensions PMI par grade et pourcentage d’invalidité sont tels que, s’agissant de l’armée de Terre, de l’Air et de la gendarmerie (du caporal-chef à l’aspirant et grade de gendarme), il existe un décalage défavorable par rapport à ceux des grades identiques de la Marine.

    Un rattrapage en plusieurs étapes va donc porter ces grades (Terre, Air, gendarmerie) à hauteur des indices correspondant des personnels de la Marine. Un projet de décret, constituant une première étape à partir de 2007, est en préparation et sera soumis à examen et appréciation du ministère du Budget. Toutefois, dans l’immédiat, les pensionnés concernés saisissant les juridictions obtiennent des décisions favorables à la mise à niveau de leur pension.

    En effet, et dans l’état actuel, les militaires des armées de Terre et de l’Air (concernés par ce décalage d’indice pour leur PMI) demandant à leur administration l’alignement de leur pension PMI sur celle des marins de grade équivalent (bénéficiant d’un indice supérieur) reçoivent des décisions de rejet.

    Cependant s’ils forment un recours contentieux en vue d’obtenir l’annulation de ce refus, ils obtiennent satisfaction devant les tribunaux des pensions. L’indice de leur pension PMI doit donc être révisé en exécution de la décision de justice. Et leur titre de pension (au niveau du grade) porte alors la mention en clair : « pension élevée à l’indice… correspondant au grade équivalent de … (grade de la marine) en exécution d’une décision de justice ».

    Nos lecteurs concernés ont donc ici tous les éléments et la marche à suivre pour obtenir justice et satisfaction.



  • Articles de cette rubrique
    1. Le Réveil des Combattants N° 735-736 – octobre - novembre 2007
      10 décembre 2007

    2. Le Réveil des Combattants N° 768-769 - janvier-février 2011.
      24 février 2011

    3. Ne pas demeurer l’arme au pied
      14 septembre 2006

    4. Campagne double : Vigilance et urgence
      14 septembre 2006

    5. En suivant la retraite du combattant
      14 septembre 2006

    6. Carte du combattant, proposition de loi 1939-1945
      14 septembre 2006

    7. L’Arac reçue par le ministre des Anciens Combattants
      14 septembre 2006

    8. Agent orange, dioxine et leurs conséquences
      14 septembre 2006

    9. Alerte ! Les anciens de l’OAS relèvent la tête
      14 septembre 2006

    10. A lire dans notre journal, "Le Réveil des Combattants", d’août-septembre 2006.
      14 septembre 2006

    11. ARAC-Cuba solidarité
      15 septembre 2006

    12. Papon : un nouveau scandale
      15 septembre 2006

    13. Veuves d’anciens combattants : Groupe de travail sur leur situation financière
      15 septembre 2006

    14. Cérémonies du souvenir organisées par l ’ARAC
      15 septembre 2006

    15. A lire dans notre journal, "Le Réveil des Combattants", d’avril-mai 2006.
      20 mai 2006

    16. Trois questions à Claude Delevacq, secrétaire général de L’ARAC
      20 mai 2006

    17. Loi de finances 2006 : Les dispositions définitives.
      21 mai 2006

    18. Yzeure (Allier) : L’agent orange fait toujours des victimes au Vietnam
      21 mai 2006

    19. Yvonne Hagnauer : résistante, pédagogue et Juste parmi les Nations
      21 mai 2006

    20. Le cri des enfants de harkis
      21 mai 2006

    21. Le 19 mars est un combat
      21 mai 2006

    22. Dans l’union, les cinq mutuelles AC en action
      21 mai 2006

    23. Psychotraumatismes de guerre : Un colloque en préparation
      21 mai 2006

    24. Les articles de notre journal : "Réveil des Combattants".
      21 mai 2006

    25. Campagne double : Scandaleuse attitude du ministre des Anciens Combattants.
      5 juillet 2006

    26. A lire dans notre journal, "Le Réveil des Combattants", de juin-juillet 2006.
      5 juillet 2006

    27. Colloque sur les psychotraumatismes de guerre
      5 juillet 2006

    28. Services départementaux de l’ONAC : Quel recrutement dans les cinq ans ?
      5 juillet 2006

    29. Croix de guerre Algérie-Tunisie-Maroc - Médaille des évadés
      5 juillet 2006

    30. L’ARAC représentée au CA national de l’ONAC.
      5 juillet 2006

    31. Des anticolonialistes en assemblée générale.
      5 juillet 2006

    32. L’ARAC au Tréport : Succès du rassemblement national.
      5 juillet 2006

    33. Le génocide arménien : Un crime imprescriptible oublié
      6 juillet 2006

    34. Anciens d’Algérie , appel à témoignage
      6 juillet 2006

    35. Guantanamo : A propos des emprisonnés
      6 juillet 2006

    36. A lire dans notre journal, "Le Réveil des Combattants", d’octobre-novembre 2006
      21 novembre 2006

    37. Legs aux associations
      21 novembre 2006

    38. Jeunes porte-drapeaux à l’honneur
      21 novembre 2006

    39. Avec le Comité Vietnam : « Les enfants et le buffle »
      21 novembre 2006

    40. Mutisme et "silence radio" sur la campagne double
      21 novembre 2006

    41. Cuba élu au Conseil des droits de l’homme à Genève
      21 novembre 2006

    42. Cuba : Solidarité, liberté et justice
      21 novembre 2006

    43. Cuba : Mieux se connaître pour mieux coopérer
      21 novembre 2006

    44. Aide cubaine à la santé et à l’éducation en Bolivie
      21 novembre 2006

    45. Professionnalisation des armées : Réserve opérationnelle et réserve citoyenne
      21 novembre 2006

    46. Le 14 Juillet aux Ulis
      21 novembre 2006

    47. Assemblée générale de l’UFAC : Des revendications réaffirmées clairement
      21 novembre 2006

    48. Carnet de santé et aménagements des automobiles
      21 novembre 2006

    49. Les 90es anniversaires du feu d’Henri Barbusse et de l’ONAC sont bien engagés
      21 novembre 2006

    50. Veuves d’anciens combattants : Une allocation pour les plus démunies
      27 janvier 2007

    51. ONAC : Une carte de la France interactive
      27 janvier 2007

    52. Rente mutualiste : Le plafond porté à 1 649 € au 1er-01-2007
      27 janvier 2007

    53. Anciens harkis et supplétifs : Revalorisation de l’allocation de reconnaissance
      27 janvier 2007

    54. La décristallisation : "Une indemnité de rupture"
      27 janvier 2007

    55. Frais des bénévoles et réduction d’impôts
      27 janvier 2007

    56. Cébazat (63) : Exposition cour la mémoire
      27 janvier 2007

    57. A lire dans notre journal, "Le Réveil des Combattants", de décembre 2006 - janvier 2007
      27 janvier 2007

    58. Les Ulis (91) : Un débat d’actualité
      27 janvier 2007

    59. Le Réveil des Combattants N° 727-728 – février-mars 2007
      8 avril 2007

    60. A lire dans notre journal, "Le Réveil des Combattants", de février - mars 2007
      8 avril 2007

    61. Le Réveil des Combattants N° 729-730 – avril-mai 2007
      27 mai 2007

    62. A lire dans notre journal, "Le Réveil des Combattants" d’avril-mai 2007
      27 mai 2007

    63. Le Réveil des Combattants N° 731-732 – juin-juillet 2007
      9 juillet 2007

    64. Le Réveil des Combattants N° 733-734 – août-septembre 2007
      23 septembre 2007

    65. Le Réveil des Combattants N° 737-738 – décembre 2007 - janvier 2008.
      19 janvier 2008

    66. Le Réveil des Combattants N° 739-740 – février - mars 2008
      24 mars 2008

    67. Le Réveil des Combattants N° 741-742 – avril-mai 2008
      5 mai 2008

    68. Le Réveil des Combattants N° 772 - mai 2011.
      14 juin 2011

    69. Le Réveil des Combattants N° 743-744 – juin-juillet 2008
      3 juillet 2008

    70. Le Réveil des Combattants N° 745-746 – août-septembre 2008
      27 septembre 2008

    71. Le Réveil des Combattants N° 747-748 – octobre-novembre 2008
      30 novembre 2008

    72. Le Réveil des Combattants N° 759 – février 2010
      2 mars 2010

    73. Le Réveil des Combattants N° 764 – août-septembre 2010.
      30 septembre 2010

    74. Le Réveil des Combattants N° 766-767 – novembre - décembre 2010.
      31 décembre 2010

    75. Le Réveil des Combattants N° 770-771 - mars-avril 2011.
      12 avril 2011

    76. Le Réveil des Combattants N° 771 - avril 2011.
      18 mai 2011

    77. Le Réveil des Combattants N° 777 - octobre 2011.
      1er janvier 2012

    78. Le Réveil des Combattants N° 776 - septembre 2011.
      1er janvier 2012

    79. Le Réveil des Combattants N° 773 - juin 2011.
      31 décembre 2011

    80. Le Réveil des Combattants N° 774-775 - juillet-août 2011.
      31 décembre 2011

    81. Le Réveil des Combattants N° 778 - novembre 2011.
      1er janvier 2012

    82. Le Réveil des Combattants n°789 de décembre 2012 - janvier 2013.
      23 janvier 2013

    83. 8 mai 2006 : Message de l’UFAC
      20 mai 2006

    84. 8 mars 1962 : Charonne : La mémoire des crimes
      27 janvier 2007

    85. 90e anniversaire de la création de l’ONAC
      5 juillet 2006

    86. 90e anniversaire de l’ARAC : Le combat d’un siècle pour la paix, pour la vie
      27 janvier 2007

    87. 1936 : Solidarité avec l’Espagne républicaine berceau de la Résistance française.
      5 juillet 2006